Archives par étiquette : fail

Je vote, je vote, je vote, je vote, je vote pour choisir la couleur du tramway du Grand Besançon

Cette fois soyons-en assurés. Nous n’obtiendrons aucune explication sur la procédure utilisée afin d’éliminer les fameux votes roses automatiques.

Le billet dans lequel je suggérais de communiquer avec transparence sur les solutions techniques employées restera sans réponse.

Je vous conseille pourtant la lecture de certains commentaires.

Consigne a été donnée de ne plus en parler. Chuuuuuuut…

Refuser la transparence revient à reconnaître que l’on n’a pas su faire, que l’on aurait dû sécuriser en amont et que la solution adoptée a sans doute consisté à éliminer de nombreux votes à l’emporte-pièce.

A la lecture des explications succinctes recueillies par Dijonscope, nous comprenons que le technicien en charge de la résolution du problème s’est contenté d’éliminer tous les votes effectués avec des adresses email comportant des domaines sortant du lot commun.

Pour être clair, si vous n’avez pas voté à l’aide d’une adresse comportant un domaine répandu du type yahoo, gmail, free, orange, sfr… Bref, si vous avez utilisé une adresse rare, d’entreprise par exemple, votre vote n’a probablement pas été pris en compte. Il fait partie de la charrette « votes douteux »… zou… poubelle.

La suppression de votre vote est un dommage collatéral.

En contrepartie, si une partie des votes automatiques employait des adresses email non exotiques, ceux-ci n’ont pas pu être éliminés. Ils compteront.

La porte est donc désormais ouverte à toutes les supputations, à toutes les rumeurs sur un éventuel vote truqué.

C’est bien dommage pour cette jolie idée participative particip’hâtive.

Au final qui aura vraiment choisi la couleur ? Mystère…

A n’en pas douter, les opposants au tramway s’en gargariseront. Pour eux c’est cadeau.

Sinon. Ce petit message personnel à l’attention de TramwayRose, le bidouilleur à l’origine du script qui a voté des milliers de fois automatiquement (d’après le billet de Dijonscope) :

Mon garçon (ou ma fille pourquoi pas ?), tu t’es vraiment donné du mal pour rien.
Regarde donc. Moi, ce matin, sans clavier, sans connaissances informatiques poussées, avec un simple stylo, une urne, mes doigts et un téléphone pour filmer…. et sans avoir même eu besoin de me cacher.

Ces votes frauduleux-là seront indétectables…

Sauf que si je suis taquin et farceur, je suis également un peu trop honnête (si si). Les bulletins déposés n’étaient pas complets.

Ceux-là ne compteront pas.

Ah ! Honnêteté quand tu nous tiens…

Jeune UMP en chef échangerait volontiers 14 ans de Mitterrand contre l’Alsace et la Lorraine

Avant de lire la suite, sachez que le « communiqué de presse » auquel il est fait référence ici, a été effacé du site des Jeunes UMP du Doubs par son auteur, Baptiste Serena, quelques jours après la publication de ce billet.
Baptiste Serena n’a pas répondu aux erreurs manifestes pointées ci-dessous, il ne s’en est pas non plus excusé. La solution qu’il a choisi a été d’effacer en douce les traces de sa maladresse et de croiser les doigts pour que personne ne s’en rende compte.
Méthode dont ce responsable des Jeunes UMP du Doubs est coutumier. Il l’avait notamment employée avec « maestria » lors de la visite de Bernadette Chirac à Besançon le 25 janvier 2011 dans le cadre de l’Opération Pièces Jaunes. Pour mémoire c’est ici.
Rappelons juste à Baptiste Serena sa citation favorite et plaçons-le face à ses contradictions :

Citation à mettre en relation avec ceci :
Vous trouverez ci-dessous une capture d’écran de ce communiqué

« Tontonpartout »

Nous sommes le mardi 10 mai 2011 et le responsable des Jeunes UMP du Doubs – Baptiste Serena – doit publier un « communiqué de presse ». Trente ans pile-poil après que la France ait pris du rose aux joues, notre petit soldat se doit de couper, de trancher, de sabrer ; bref en un mot : de dégauchir.

Il faut dire, en toute bonne foi, que trop c’est trop, la coupe est pleine, la goutte d’eau et tout ça : depuis quelques jours, les médias développent une mitterrandophagie aiguë qui nous collerait presque la nausée.
Presse écrite, radio, télé, Internet. Tous s’y complaisent.

A Besançon, les Jeunes Socialistes du Doubs (l’équipe concurrente adverse ennemie) s’y collent eux aussi et fayottent à fond avec le grand François en lui consacrant une exposition photographique.

Remarquez, ils ont peut-être raison les rosissants, d’entretenir sa légende à Tonton et de lui tenir sa place au chaud. On ne sait jamais.
Rappelez-vous ce 31 décembre 1994. J’en tremble encore.

[audio:http://bisonteint.net/wp-content/uploads/2011/05/Je-crois-aux-forces-de-l-esprit.mp3|titles=Je crois aux forces de l esprit]

Ggauche (pouah !)

C’est donc dans ce contexte particulièrement favorable à la crise de nerfs que notre sniper gauchophobe dégaine son PPVOUCAg*.

*Petit Précis de Vocabulaire Outrancier à l’Usage des Chevalier de l’Anti-gauche

Vous l’aurez remarqué, pas de majuscule à « gauche ». Ce n’est pas un nom « propre »… Oh que non ! POUAAAAAH !

Et c’est parti pour un tontonicide en règle. Rafale de gentillesses à l’égard de l’ancien Président et de la gauche (pouah!) :

exemple à ne pas suivre, irresponsabilité, assistanat, descente aux enfers, égalitarisme et… le pire du pire, mais là… j’ai préféré cacher le mot et vous laisser le choix de le lire ou pas.
Si vous le sentez, cliquez sur « show » mais vous êtes prévenus.

[spoiler title= »En cliquant j’affirme être majeur et avoir été alerté que ce contenu peut choquer »]fonctionnaires (Oh ! le vilain gros moooot !)[/spoiler]

Argggllll… Tonton est à terre. Mort une seconde fois.
Baptiste David exulte, sa fronde sournoise tournoie encore…
gros plan / bruitage : vvvvvoooo vvvvvvoooo vvvvvvoooo

7 + 7 = 14

Reste à trouver un titre à ce chef d’œuvre.
Ce sera :

« Il y a 30 ans, la France partait pour 14 ans de déclin. »

Voilà voilà… 14 ans donc… de déclin.
14 ans ça nous mène donc de 1981 à 1995. Ça couvre exactement les deux septennats de François Mitterrand. 7+7 = 14 Chouette calcul.

En y regardant de plus près, ce sont 14 ans dont quatre ans de cohabitation (1986-1988 et 1993-1995) durant lesquels une politique de droite a été menée : privatisation de grandes entreprises nationales, suppression de l’impôt sur les grandes fortunes, politique libérale à tout crin… tout ça directement dans le paquet étiqueté « 14 ans de déclin », dixit les Jeunes UMP du Doubs

Tiens, sur cette photo, c’est le dernier Premier ministre de déclin du premier septennat de François Mitterrand…
Elle a été prise lors d’un meeting, au moment où il tentait de lui piquer son trône, en 1988.
Mais qui était ce jeune homme qui l’accompagnait pour l’aider à motiver ses troupes et à défendre son bilan de… deux ans de déclin ?

Oh ! Une autre photo ! Dessus vous pouvez voir le dernier Premier ministre de déclin du second septennat de François Mitterrand…
Elle a été prise en 1995 au moment où lui aussi essaya en vain de se glisser derrière le bureau élyséen. Mais qui est ce jeune homme qui fut son Ministre et qui par conséquent doit assumer cet autre bilan de… deux ans de déclin ?

Hé ! Pas moi qui le dit hein… ce sont les Jeunes UMP du Doubs !
Gonflés d’ailleurs les jeunots ! Non ? … ou peut-être tout simplement maladroits et médiocres en arithmétique.

Il est vrai que la formule 2 x (7-2) = 10 était hyper très beaucoup plus difficile à trouver.

Après cet effort cérébral intense, relaxons-nous en regardant Julie Pietri venue chanter pour Jacques Chirac en 1988, c’est là :

LA référence historique

Un communiqué ça doit claquer. Les mots doux, c’est fait. Les chiffres, euh… aussi même si…
Il est indispensable de clôturer l’objet en y ajoutant une touche historique. Cela légitimera le contenu et valorisera également son auteur en provoquant chez le lecteur des réactions d’admiration du type : « Wouuua ! L’autre hé ! C’t’érudit ! »

Imaginons notre jeune populaire en chef dans sa quête de la référence historique :

Donc 10 mai 1981 = Pouah !
Il faut trouver une autre raison de célébrer le 10 mai afin d’éclipser cette saleté de 10 mai-là.
Taper « 10 mai » dans Google -> journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition
Euh… non. Trop droitdelhommiste ça… ça sonne « gauche » (pouah !).
Retaper « 10 mai » dans Google -> Oh génial ! Sur Wikipedia, le 10 mai à sa page et on y trouve tous les événements importants qui se sont passés un 10 mai :
  • 10 mai 1497 : Le navigateur Amerigo Vespucci entreprend son premier voyage vers le Nouveau Monde.
    (non non… pas question d’encourager l’immigration !)
  • 10 mai 1774 : Mort de Louis XV. Avènement de Louis XVI
    (trop triste et ça pourrait donner des idées à Villepin…)
  • 10 mai 1963 : Premier 45 tours des Rolling Stones.
    (euh…)
OUI ! YES !
Exactement ce qu’il faut ! Parfait… On trouve tout sur Internet.

LA conclusion avec LA référence historique est là et c’est un chef d’œuvre :

Aujourd’hui, nous ne souhaitons pas fêter l’échec de la France mais nous préférons en ce 10 mai 2011 célébrer les 240 ans du Traité de Francfort qui met fin à la guerre franco-allemande de 1871.

Clap clap clap clap…
Vérifions tout de même. Calculatrice : tap tap tap… 1871 + 240 = 2 111 euh…
TRY AGAIN : tap tap tap… 1871 + 240 = 2 111 euh…
Ah bah zut alors ! En encore un problème de calcul on dirait. Pas facile non plus de compter juste quand on s’interdit les doigts de la main gauche (pouah !),
C’était il y a 140 ans le Traité de Francfort !

Sur le fond maintenant : voilà donc nos Jeunes Populaires célébrant avec fierté une guerre perdue par la France.
Au passage c’est aussi l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne qu’ils célèbrent. Annexion qui constituera le terreau de Première Guerre Mondiale, rien que ça.
Champagne et toasts avec « oeufs de l’UMP » svp !

Oui, oui je sais. Je fais encore mon rabat-joie. Tout cela n’est évidemment qu’un détail de l’histoire de la Guerre de 1870-1871… détail tellement insignifiant au regard de 14 ans de gauche (pouah !)
Mais tout de même, il y a vraiment des cours d’Histoire qui se perdent ! A moins que….

A moins qu’à travers le Traité de Francfort notre jeune Popenchef souhaite célébrer les jours meilleurs qui ont suivi : ceux qui ont vu l’écrasement des insurgés de la Commune de Paris. par les troupes d’Adolphe Thiers (alias « Père Duchêne »)
En effet, rappelons qu’une fois la paix signée avec l’Allemagne, Adolphe Thiers et ses Versaillais avaient enfin les mains libres pour s’occuper des « affaires intérieures » et régler définitivement leur compte aux Communards. Ils ne s’en sont pas privés.

Les Communards. Ces premiers « gauchistes » (pouah !) de l’Histoire contemporaine.

Post Scriptum

Les Jeunes UMP du Doubs ne sont pas tous solidaires de cet article et de cette référence historique maladroite. L’article a été publié par Baptiste Serena, responsable des Jeunes UMP départementaux et selon certains militants, son contenu n’engage que son auteur.

Notons toutefois qu’il est publié sur le blog des Jeunes UMP du Doubs et qu’il est signé collectivement.

Sur le Web

Françaises, Français, votez pour la couleur du tramway du Grand Besançon !

En ce joli moi d’avril, tous les Grands Bisontins ont dû recevoir dans leur boîte aux lettres, le deuxième numéro de la Lettre du Tram également consultable en ligne sur le site officiel du futur tramway.

Grands Bisontins votez !

Ce document détaille les différentes voies par lesquelles les habitants de l’agglomération bisontine peuvent s’exprimer sur l’opportunité du tramway le choix de la couleur de leur tramway :

  • découper le coupon joint à la lettre et le déposer en différents lieux avant le lundi 23 mai 2011 ;
  • voter sur le stand du Grand Besançon, à la Foire Comtoise, du 28 mai au 3 juin ;
  • exprimer leur choix directement sur le site du tram (petit nom : « tram’Web ») jusqu’au 3 juin.

La proclamation de la couleur définitive est prévue le samedi 4 juin à la Foire Comtoise.

L’originalité de cette initiative a fait l’objet de la rubrique « Bonjour Monsieur le Maire » de l’émission « Europe 1 matin » le mercredi 27 avril dernier. Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon et Président du Grand Besançon s’y est expliqué.

Ecoutez :

[audio:http://bisonteint.net/wp-content/uploads/2011/04/JLF_Europe1Matin_27.04.2011.mp3|titles=Europe 1 Matin – mercredi 27 avril 2011]

Un scrutin national ?

Première surprise : c’est en tant que Maire de Besançon que M.Fousseret est interrogé et à aucun moment il ne rappelle que ce projet est communautaire et qu’il s’exprime donc en tant que Président de la Communauté d’Agglomération. Les 58 autres communes concernées apprécieront.
Mais mettons cela sur le compte de la simplification et de la concision imposées par ce genre d’interview, voire d’un montage sélectif…

Seconde surprise et pas des moindres : (retranscription de la fin de l’interview)

Europe 1 : – Pour les auditeurs qui habitent Besançon et les alentours parce qu’ils peuvent voter aussi finalement (…)
JLF : – Mais la France entière peut le faire (…) Mais oui, bien sûr. Comme Besançon est ouverte sur le monde entier.

Voilà qui est bien perturbant. Ainsi le choix de la couleur du tramway n’est plus le privilège des Grands Bisontins ?
C’est pourtant ce qu’affirme la Lettre du Tram n°2 qui titre « C’est à vous de choisir ! »

D’ailleurs au début de l’interview, M.Fousseret précise :

(…) je pense qu’il faut faire confiance effectivement à l’intelligence des habitants de ce bassin de Besançon pour choisir et voter.

Ceci est d’autant plus surprenant que sur la page dédiée au vote, il convient d’indiquer sa commune de résidence parmi les 59 du Grand Besançon. Mouais…

Un seul vote par habitant ? Sûr ?

A priori, pas de vérification… si l’on dispose de plusieurs coupons, il est possible de s’exprimer plusieurs fois car rien n’est nominatif.
Plus inquiétant, le vote depuis le site Web du tram. Ici, seul l’adresse e-mail est demandée mais une fois le vote effectué – d’un clic – aucun e-mail de confirmation n’arrive dans votre boîte. Si, si vous savez : ce genre de message dans lequel figure un lien de validation sur lequel il convient de cliquer pour valider son vote. Ceci est pourtant très facile à mettre en place.
En l’absence de ce type de contrôle, il est donc aisé de voter de nombreuses fois en indiquant à chaque fois une nouvelle adresse électronique « bidon ».
Nous ne sommes d’ailleurs pas à l’abri de l’initiative de petits bidouilleurs un peu farceurs qui bricoleraient un programme capable de voter automatiquement un nombre de fois considérable.

Et voilà comment Besançon se pourrait bien se retrouver avec un tramway rose fuchsia. Glups !

Non nonj impossible… Des e-mails de confirmation seront sans doute envoyés avec le lundi 4 juin.
Hein… dites ? Vous y avez pensez ? Parce qu’un tramway rose, tout de même…

Au fait, si aucune des trois couleurs proposées de vous tente… faites un tour sur cette page.

MIS A JOUR (11 mai 2010)

Je constate aujourd’hui en testant à nouveau ce formulaire sur le « Tram’Web » qu’un système de validation a enfin été mis en place. Il est du type suggéré ci-dessus (merci qui ?).
Un message vous signale lors de votre vote que vous devez vérifier vos mails. Vous recevez un message contenant un lien à cliquer pour valider votre choix.
Espérons que cette précaution nous mettra à l’abri des farceurs !

Source : http://www.tramway-grandbesancon.fr

Le tramway bisontin passera finalement par… la Boucle !

Acte manqué ou jolie boulette, ce tracé longe bien le quai entre le pont Canot et le pont Battant mais… pas le bon puisqu’il passe à l’intérieur de la Boucle et n’emprunte d’ailleurs aucun de ces deux ponts…

Ouvrez l’oeil !

Détail du tracé du tramway bisontin entre le pont Canot et le pont Battant

Source : http://www.tramway-grandbesancon.frPour se faire un idée du véritable tracé, mieux vaut se référer à l’excellente vidéo présentant le parcours vu du ciel présente sur la même page du « Tram’Web« .

Mise à jour (samedi 9 octobre à 20h00)

Tiens, tiens… les grandes oreilles du Tram’Web sont attentives à ce qui se passe ailleurs sur le Net. Une rustine a été posée en urgence sur la page concernée et le tracé est désormais orphelin de sa Boucle… histoire de masquée la boulette. Désolé pour le technicien qui a dû intervenir en urgence durant ce week-end ensoleillé.

Tracé du tramway bisontin tel qu'il était présenté le samedi 9 octobre 2010 à 20h30 sur la page http://www.tramway-grandbesancon.fr/le-trace.html

Dommage, un petit message sous forme de clin d’œil aurait pu accompagner cette modification, histoire de montrer qu’il y a des vrais humains qui écoutent (y compris sur Facebook) et réagissent derrière cette belle machine bien huilée…
Un petit merci aussi pour celui qui a découvert la boulette ? Non, là ce serait sans doute trop demander !

Heureusement que pour les « archives du Net », j’avais pensé à effectuer une capture d’écran de la page non « rustinée ».

Capture de la page concernée ce vendredi 8 octobre 2010 à 23h30 :

Capture de la page en date du vendredi 8 octobre 2010 à 23h30

Mise à jour (dimanche 10 octobre à 20h00)

L’Est Républicain reprend la boulette dans son billet du dimanche 10 octobre sous la plume de Éric Daviatte.Billet de l'Est Républicain du 10 octobre 2010