Archives par étiquette : vidéo

Je vote, je vote, je vote, je vote, je vote pour choisir la couleur du tramway du Grand Besançon

Cette fois soyons-en assurés. Nous n’obtiendrons aucune explication sur la procédure utilisée afin d’éliminer les fameux votes roses automatiques.

Le billet dans lequel je suggérais de communiquer avec transparence sur les solutions techniques employées restera sans réponse.

Je vous conseille pourtant la lecture de certains commentaires.

Consigne a été donnée de ne plus en parler. Chuuuuuuut…

Refuser la transparence revient à reconnaître que l’on n’a pas su faire, que l’on aurait dû sécuriser en amont et que la solution adoptée a sans doute consisté à éliminer de nombreux votes à l’emporte-pièce.

A la lecture des explications succinctes recueillies par Dijonscope, nous comprenons que le technicien en charge de la résolution du problème s’est contenté d’éliminer tous les votes effectués avec des adresses email comportant des domaines sortant du lot commun.

Pour être clair, si vous n’avez pas voté à l’aide d’une adresse comportant un domaine répandu du type yahoo, gmail, free, orange, sfr… Bref, si vous avez utilisé une adresse rare, d’entreprise par exemple, votre vote n’a probablement pas été pris en compte. Il fait partie de la charrette « votes douteux »… zou… poubelle.

La suppression de votre vote est un dommage collatéral.

En contrepartie, si une partie des votes automatiques employait des adresses email non exotiques, ceux-ci n’ont pas pu être éliminés. Ils compteront.

La porte est donc désormais ouverte à toutes les supputations, à toutes les rumeurs sur un éventuel vote truqué.

C’est bien dommage pour cette jolie idée participative particip’hâtive.

Au final qui aura vraiment choisi la couleur ? Mystère…

A n’en pas douter, les opposants au tramway s’en gargariseront. Pour eux c’est cadeau.

Sinon. Ce petit message personnel à l’attention de TramwayRose, le bidouilleur à l’origine du script qui a voté des milliers de fois automatiquement (d’après le billet de Dijonscope) :

Mon garçon (ou ma fille pourquoi pas ?), tu t’es vraiment donné du mal pour rien.
Regarde donc. Moi, ce matin, sans clavier, sans connaissances informatiques poussées, avec un simple stylo, une urne, mes doigts et un téléphone pour filmer…. et sans avoir même eu besoin de me cacher.

Ces votes frauduleux-là seront indétectables…

Sauf que si je suis taquin et farceur, je suis également un peu trop honnête (si si). Les bulletins déposés n’étaient pas complets.

Ceux-là ne compteront pas.

Ah ! Honnêteté quand tu nous tiens…

Traversons Besançon à bord du tramway : voici l’animation 3D présentée à la Foire Comtoise

Le week-end dernier, un internaute avait mis à notre disposition un screener (on parle de screener lorsque l’on filme directement un écran diffusant un film ou une vidéo) de la vidéo projetée sur le stand du futur tramway du Grand Besançon à la Foire comtoise.

Cette vidéo présente une partie du trajet du tramway en animation 3D, le tout accompagné de commentaires et explications.

Aujourd’hui, voici un autre screener de bien meilleur qualité. Il s’agit cette fois de l’animation 3D présentée sur les deux bornes interactives du stand. Sur place, il est possible de prendre en main l’animation et d’en changer le point de vue.

Voici donc la vidéo 3D du parcours du tramway entre Planoise et la zone des Marnières.

Lors du passage au centre-ville, vous remarquerez que la « caméra » se trouve à l’intérieur du tram. Nous sommes en vision subjective et c’est l’occasion de voir les futurs aménagements modélisés en 3D : le quai Veil Picard (nouveaux arbres, encorbellement), le nouveau pont Battant (plus large), le tracé des rails sur la place de la Révolution où les poteaux soutenant les câbles semblent moins hauts et moins « design » que ceux annoncés.

La modélisation ne restitue évidemment pas une image précise de ce que seront les aménagements définitifs du tramway mais elle nous en donne pour la première fois une vision concrète.

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous !

Vidéo : Virtuel City & Agence BigBang / © CAGB

Propos racistes lors d’une réunion UMP à Besançon : Jeannette Bougrab donne une version différente

Ce mercredi 1er juin, Jeannette Bougrab était l’invitée de Pascale Clark dans le 7/9 de France Inter.

Jeannette Bougrab est Secrétaire d’État à la Jeunesse et à la Vie associative dans l’actuel Gouvernement.

Le 14 mai 2011, Mme Bougrab était présente à une formation de cadres et de militants UMP qui se déroulait à Besançon.
Cette réunion entre UMP aurait pu passer inaperçue sans le dérapage verbal à teneur raciste d’un militant présent.

Rappel des faits

Ce dernier avait lancé : « Y’en a marre des bougnoules ! » entraînant la départ précipité de la ministre.

Les détails à lire ici avec les premiers témoignages collectés quelques heures après la réunion.
Voilà en tout cas l’information qui avait « fuité » quelques heures après cette réunion.

Il s’en était suivi un début de buzz qui aurait sans doute été bien plus amplifié si dans la nuit suivante, l’affaire DSK n’avait éclaté…

Les suites ont donc été essentiellement locales. Pourtant des contradictions sont apparues dès le début entre les versions présentées :

  • Dans l’article originel de Macommune.info qui révéla l’affaire, nous apprenions que « Un bon tiers des quelque 150 participants à la formation aurait alors pris position en faveur du militant, ce qui a entrainé le départ précipité de la secrétaire d’Etat (…)« 
  • Très vite, la thèse du soutien d’une partie de la salle en faveur du militant fut contestée par des personnes présentes à la réunion et notamment par Jean-Marie Binetruy – député du Jura – qui affirmait au Figaro le soir-même avoir condamné ces propos « inacceptables » et « odieux » et que la salle où étaient rassemblées environ 150 personnes, « a tout de suite soutenu la ministre ».
    Les témoignages de deux conseillers municipaux UMP de Besançon, recueillis sur Facebook, allaient d’ailleurs dans ce sens.
  • D’après Jean-Marie Binétruy, député UMP du Doubs, les propos de ce militant «très âgé» avaient été tenus après la remarque d’un autre participant déplorant la «construction d’une mosquée à Strasbourg alors qu’il n’y a pas de crédits pour rénover la cathédrale».
    Cela m’a été confirmé par des militants présents. La remarque sur la cathédrale et la mosquée venait d’un jeune populaire du Doubs.
  • Le 20 mai était diffusée dans la presse la lettre dans laquelle le militant présentait ses excuses à Mme Bougrab.
    Notons qu’au passage, les propos racistes avaient glissé de « Y’en a marre des bougnoules ! » à « De l’argent, y’en a que pour les bougnoules ».
    Nuance…

Jeannette Bougrab ne s’était pas encore exprimée publiquement sur cette affaire.
C’est désormais chose faite et voici ce qu’elle en a dit au micro de Pascale Clark sur France Inter :

Retranscription de cet échange

J.Bougrab – Généralement, je dis toujours ce que je pense (…) mais je conçois les limites de dire ce que l’on pense.

P.Clark – Pourquoi les limites ?

J.Bougrab – Parce que quand vous avez en face de vous des gens qui sont pas très intelligents. Parce que pour dire de tels propos, il faut fondamentalement pas être très fins. C’est quand même très difficile de leur faire comprendre quand vous entendez des mots d’une violence sans nom, c’est à dire quand on vous dit…

P.Clark – Par exemple dans une réunion UMP à Besançon ?

J.Bougrab – Bah oui, c’est à dire que « Y’en a marre des bougnoules », c’est sûr que… j’ai pas… Le fait de m’être levée, d’avoir demandé à plusieurs reprises que… ce n’était pas acceptable. Moi je me suis levée… C’était naturel ! C’est à dire qu’à un moment vous vous levez. Vous n’acceptez plus voilà.

P.Clark – Et vous partez ?
J.Bougrab – Oui parce que si vous sentez que… bon… que vous avez peu de possibilités de…
P.Clark – On ne peut pas affronter ça ? Faut partir ?
J.Bougrab – La manière dont était conçue la salle, je ne vois ce que… un moment… C’était une samedi matin. J’étais venue de Paris à Besançon pour faire une formation. D’entendre à plusieurs reprises « Y’en a marre des bougnoules », j’ai mes limites aussi.

Qu’apprenons-nous de nouveau sur « l’affaire Bougrab » ?

La version de la ministre ne coïncide pas avec celle développée aussitôt après les faits par les responsables de l’UMP locale et selon laquelle les propos du militant avait été uniques et isolés.
Notons en effet que Mme Bougrab affirme avoir entendu lors de cette réunion « à plusieurs reprises « Y’en a marre des bougnoules » « .

Après cette intervention, les responsables de l’UMP locale devront sans doute apporter des explications.

Deux éléments qui titillent :

  • la thèse originelle développée par Macommune sur le soutien apporté par une bonne partie de la salle au militant, n’a jamais été « attaquée » par les responsables de l’UMP. D’autant que, si elle est fausse, elle pourrait être qualifiée de diffamatoire.
    Il faut savoir que cette version a été reprise telle quelle par d’autres titres de presse, le Pays et l’Alsace, le Parisien et citée sur de très nombreuses pages Internet.
  • je tiens de plusieurs personnes présentes à cette réunion que la consigne avait été donnée par des responsables UMP, après le départ de Mme Bougrab, de ne rien laisser sortir de la salle. Que cet incident ne devait pas fuiter.
    En vain visiblement…

Quant à Mme Bougrab, qui fut rappelons-le Présidente de la HALDE en 2010, elle garde à l’évidence un souvenir très amer de sa visite auprès des militants de l’UMP de Besançon.


Première réaction de l’UMP locale : celle de Baptiste Serena, responsable des Jeunes Populaires du Doubs, qui a commenté cette intervention de Jeannette Bougrab.

Voici sa réaction sur Twitter.

Incroyable réaction !

Ce serait donc Mme Bougrab qui aurait « oublié » l’incident. A moins qu’elle ne soit en pleine victimisation… comme le suggère le responsable des Jeunes Populaires du Doubs qui au passage souhaite la suppression de la HALDE…

Tramway rose, TramWeb… l’exemple du Havre

Sur le site du tramway de la ville du Havre, on trouve une petite perle : une vidéo dans laquelle sont exposées les raisons d’un relookage des rames du tramway de l’agglomération havraise en … rose.

Tiens ! Le même rose que celui qui pend au nez de notre tram à nous… les Bisontins. Un rose fuchsia bien pêtant !

Espérons que les arguments avancés au Havre ont su convaincre car ils pourraient bien être réchauffés et servir ici aussi. (Rappel de l’épisode précédent : le vote pour la couleur du tramway du Grand Besançon a été faussé)

Notons au passage que le site du tramway du Havre s’est auto-baptisé « Tramweb » … ce qui me fait sourire car j’ai plusieurs fois baptisé de cette manière le site du tram du Grand Besançon.

Remarquons aussi que ce site comporte des fonctionnalités intéressantes dont notre tram’web bisontin ferait bien de s’enrichir. De bonnes idées aussi pour établir le lien entre le projet et la population :

Et puis, et puis… j’ajouterai une dimension bienvenue : l’humour (voir la vidéo ci-dessus qui date du 1er avril dernier).

L’humour confère une dimension humaine à des projets dont les gens se sentent parfois éloignés.
L’humour peut contribuer à faire passer le goût amer des nuisances inhérentes à ce type de chantier.
L’humour c’est un clin d’œil que l’on accorde pour dire : « on le sait va que c’est dur mais tenez bon ! »

Sur le site du tramway bisontin, nous n’avons même pas eu droit à un petit jeu de mots pour notre 1er avril… Croisons les doigts pour l’année prochaine.

Le vote pour la couleur du tramway du Grand Besançon a été faussé !

Tous les habitants du Grand Besançon le savent : ils peuvent s’exprimer sur la couleur de leur futur tramway.
La France entière est même au courant depuis que Jean-Louis Fousseret ((Maire de la Ville et Président de la Communauté d’Agglomération)) a fait la publicité de cette consultation sur l’antenne d’Europe 1 le 27 avril dernier.

L’annonce de la couleur qui aura remporté le plus de suffrages sera faite le samedi 4 juin à 18h00 à la Foire Comtoise de Besançon.
Nous connaîtrons alors la livrée définitive du tramway du Grand Besançon.

Mais voilà qu’une annonce inattendue pourrait bien gâcher la fête : de nombreux votes effectués par Internet ne correspondraient pas aux choix des Grands Bisontins !

C’est en tout cas le message que délivre une étonnante vidéo postée ce vendredi 27 mai sur YouTube par un certain TramwayRose. Un pseudo très prometteur…

La vidéo a été signalée ce samedi 28 mai sur le site undernews.fr vraisemblablement par celui qui en est l’auteur. L’information est parue sur Twitter à 14h25 :

Voici la vidéo

Que voyons-nous sur cette vidéo ?

Nous y voyons un écran d’ordinateur sur lequel s’enchaînent automatiquement les actions générées par un script ((Un script est un programme écrit en langage informatique permettant d’exécuter automatiquement des tâches simples comme entrer des données dans un formulaire, valider, envoyer un email…)).

Ce script vote sur le site du tramway et il ne fait pas dans la demi-mesure !
Cette vidéo dure 1minute 10 mais elle est accélérée. N’empêche que l’on y voit 11 votes s’enchaîner sans aucune intervention humaine.

Un texte accompagne cette vidéo. Son auteur s’adresse aux Bisontins :

Message à l’attention des habitants de Besançon:

Fidèle auditeur d’Europe1 j’ai appris il y a quelques semaines que la mairie de Besançon souhaitait faire participer la France entière à un vote permettant de choisir la future couleur du Tramway de la ville!

J’en suis ravi car vous savez moi j’aime tout particulièrement la couleur rose, de ce fait je n’ai pu m’empêcher par amusement et par défi de créer un outil informatique se chargeant de voter de manière automatique…

Pour rappel, j’avais commis un billet sur cette interview de Jean-Louis Fousseret dans laquelle le Maire appelait l’ensemble des Français (!) à choisir la couleur du tramway bisontin.
Il semble que cet appel ait été entendu !

TramwayRose décrit ensuite le fonctionnement de son « outil informatique ».

C’est l’exécution de cet outil que vous pouvez voir sur cette vidéo. Comme vous pouvez le constater celui-ci prend soin d’utiliser des adresses IP ((l’adresse IP est le numéro d’identification d’un ordinateur sur Internet)) et des adresses email différentes à chaque vote en utilisant le réseau Tor et un dictionnaire d’adresses spécialement conçu.
Mon outil prend également soin d’insérer aléatoirement quelques votes blancs et bleus dans la liste, il ne faudrait évidemment pas que ce sondage paraisse truqué 🙂

Effectivement, en regardant attentivement cette vidéo, nous remarquons que les 11 votes sont répartis de la manière suivante :

  • 9 pour le choix rose
  • 1 pour le choix blanc
  • 1 pour le choix bleu

Nous observons donc une majorité de votes « roses » et quelques votes « blancs » et « bleus » s’intercalant entre les autres afin de ne pas trop attirer l’attention.

D’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer la tentative désespérée de renforcer ce système au dernier moment… ahhh si seulement cela avait été fait correctement !

Sachez qu’utiliser une chaine dérivée (empreinte MD5) de l’adresse mail utilisée pour voter comme jeton de validation n’est pas un mécanisme de protection efficace. Il est toujours possible d’utiliser des emails n’existant pas puisque le numéro aléatoire servant à la validation est prévisible.

Des explications complexes pour les néophytes mais en clair : notre « bidouilleur fan de rose » taquine les concepteurs du formulaire de vote qui, d’après lui, n’ont pas pris les mesures de sécurité suffisantes pour empêcher des votes multiples.

Il est vrai que dès les premiers jours du vote, certains internautes avaient remarqué et signalé sur Twitter qu’il était possible de s’exprimer autant de fois qu’on le souhaitait depuis le site du tram.

Dans le numéro du mois de mai 2011 de la Presse Bisontine, un article intitulé « Le Tram en voit de toutes les couleurs » se voulait rassurant mais son auteur n’avait visiblement pas saisi l’ampleur de la faille repérée :

Pas daltoniens les informaticiens. Une fausse polémique sur le vote de la couleur du Tram courait depuis que certains internaute affirmaient que l’on pouvait voter plusieurs fois avec la même adresse Internet pour désigner la couleur du futur tramway de Besançon. En clair, le résultat définitif aurait pu être biaisé. Il n’en est rien « car seul le dernier vote Internet est pris en compte » explique la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon (…)

Ce n’était évidemment pas le vote multiple avec la même adresse email qui était pointée du doigt mais la possibilité de voter avec des adresses librement inventées du type par exemple : jojo12321@gmail.com puisqu’AUCUN mail de validation n’y était envoyé.
Cela est resté possible pendant plusieurs semaines. Je l’avais d’ailleurs signalé dans ce billet.

Enfin, le 11 mai dernier, je remarquais qu’une mesure de protection avait été ajoutée : chaque vote était désormais suivi de l’envoi d’un email comportant un lien de validation.

Mais quid des votes multiples réalisés avant cette mesure ? Nous ne le saurons sans doute jamais.

Quoi qu’il en soit, cette mesure de protection était visiblement insuffisante.

Cet outil a donc été exécuté durant plusieurs jours, et a ainsi voté et validé un nombre considérable de voix « roses ».

Si notre bidouilleur a effectivement « laissé tourner » son script pendant plusieurs jours, nous pouvons aisément imaginer que le nombre de votes « fictifs » validés est très important. Ces votes fictifs (mais bien réels) peuvent sans doute modifier les résultats de la consultation !

Pensez vous que les services de la mairie pourront faire la chasse à ces votes fictifs ? Le tout sans effacer de votes légitimes ? Cette tâche me parait difficile et c’est pourquoi je pense que le futur tram de votre ville devrait être rose !

Bah voyons ! On espère vivement que les services techniques concernés parviendront à trier « le bon grain de l’ivraie »… vous pouvez hein les gars ???

Afin de ne pas laisser subsister de doute je mets à disposition ici http://pad.korben.info/kOg8Q6BmL6 le fameux script en tant que preuve.

La liste des emails utilisés pour le vote n’est évidemment pas fournie, je ne voudrais pas que l’identification des votes fictifs soit trop facile…

Vous trouverez en dessous de cet article l’avis d’une personne plus compétente que moi pour discuter de la fonctionnalité de ce script.

Et puis après tout, peut être que vous avez également voté en masse pour cette si belle couleur !

Vive le tramway rose ! Vive les consultations populaires !

On pourra effectivement toujours nous dire ça.
Que c’est le choix majoritaire qui s’est imposé.

Mais si la couleur définitive s’avère être le rose, le doute sera plus qu’installé.


Avis de spécialiste

Je n’ai pas voulu publier de billet sur cette vidéo sans avoir l’avis d’une personne compétente pour m’éclairer sur le contenu du script et sur la faisabilité technique de ce qu’avance son auteur.

J’ai ainsi interrogé Yves Tannier – développeur Web – et il m’a aimablement répondu :

Le script donné en lien est-il fonctionnel et est-il repérable ?

fonctionnel : OUI
repérable : NON. Lancé depuis le réseau TOR, il n’est pas détectable. La personne a ajouté une ligne pour faire passer son script pour un navigateur (Firefox).

Quelles mesures de protection auraient pu mettre en échec ce type de votes automatiques ?

Il aurait déjà fallu, parmi d’autres mesures pour éviter les fraudes, enregistrer un VRAI code non prévisible.
C’est celui-là qu’il fallait envoyer par mail à l’utilisateur. L’obligeant ainsi à interroger sa boîte mail pour le trouver.
Là, si le lien reçu par mail était http://www.letram-grandbesancon.fr/choisissez-la-couleur-de-votre-tram.html?id=toto@tata.com ça revenait au même que de la « hasher » en MD5 ((le codage utilisé dans le lien à cliquer pour valider n’est pas correctement crypté et très facile à trouver. Il n’est donc pas utile de consulter la boîte mail)).

Yves Tannier m’a également indiqué quelques exemples de mesures qui aurait pu être mises en place afin d’éviter ce type de déconvenue :

– utilisation de cookies sur le navigateur de la personne (même si l’adresse IP de l’ordinateur change, le cookie permet de détecter que l’on a déjà voté depuis l’ordinateur et refuse un nouveau vote).
Cette solution a toutefois ses limites puisque plusieurs personnes de la même famille ne pourraient pas voter depuis le même poste.

jeton (token) empêchant un peu plus de voter depuis un script en obligeant de se rendre sur la page web.
Ici, il n’est plus possible de voter automatiquement. Le clic du doigt humain sur la souris est nécessaire.

J’ajouterais pour ma part un système de protection qui a sans doute fait ses preuves puisqu’il est utilisé par de nombreux sites Web parmi les plus connus (notamment Facebook): le captcha.
Vous savez, cette image comportant des caractères parfois difficiles à lire qu’il convient de recopier pour valider une action.
On vote, on recopie le captcha (ce qu’une machine ne sait pas faire) puis on valide.

Toute personne s’estimant compétente pour apporter un avis technique sur cette « affaire » peut le faire dans les commentaires ci-dessous ou me contacter par mail :

besacontin@gmail.com

Mise à jour – dimanche 29 mai à 0h30

Avant d’aller me coucher, l’idée me prend de tenter de prendre contact avec TramwayRose.
Je l’ai fait depuis sa page de profil sur YouTube et voici les questions que je lui adressées :

Bonjour TramwayRose,

je suis le tenancier d’un blog bisontin et j’ai découvert votre vidéo cet après-midi.
J’en ai fait un billet : http://t.co/XjKuTpq
J’aimerais vous poser quelques questions pour le compléter et pour éclairer la lanterne des Bisontins…. avant qu’ils ne voient définitivement la vie en rose.

– Êtes-vous un habitant du Grand Besançon ?
– Est-ce le goût du défi qui vous a poussé à mettre en place ce vote automatique ? Avez-vous un autre « motif » ?
– Pourquoi le choix de la couleur « rose fuchsia » ? Est-ce vraiment par goût ou pour nous imposer un « tram de fille » ?
– Nana Mouskouri est-elle au courant que vous l’avez associée à votre forfanterie ?

Besançon en quelques vidéos exceptionnelles

L’idée est la suivante : au hasard de nos promenades virtuelles sur la Toile, nous découvrons parfois des vidéos sur Besançon qui nous paraissent particulièrement exceptionnelles, et cela pour toutes sortes de raisons.
Je vais tenter de les recenser sur cette page.

Il y en a très peu pour l’instant et ce choix est évidemment très subjectif. Mais n’hésitez pas à m’en suggérer d’autres dans les commentaires.

Je ne garderai que le meilleur du meilleur !

Poétique

J’ai découvert par hasard cette vidéo sur le site de Sply Production, une société de production audiovisuelle ayant la particularité d’œuvrer entre Paris et Bians-les-Usiers.
Une complémentarité entre ville et campagne qu’ils évoquent d’ailleurs très joliment dans le film qui se trouve en bas de cette page.

Parce que je suis un petit curieux, j’ai compris que ce chouette film était en fait le clip (incomplet dans cette version) d’un mystérieux projet de Web TV baptisé Besançon TV. Projet qui doit être lancé le 10 juin prochain.

Il s’agit donc d’une indiscrétion… Mais profitons-en. Ca nous change des diaporamas gentillets sur Besançon que l’on trouve sur le Web.

La chanson c’est : Alela Diane – Pieces Of String (album : The Pirats’s Gospel) .

Décoiffante

Prenez de l’altitude et devenez un oiseau grâce à cette vidéo d’une qualité rare.
Elle a été réalisée par Aéro-Médias afin de promouvoir l’œuvre de Vauban à Besançon.
Aéro-Médias est une société bisontine spécialisée dans les prises de vues aériennes en haute définition. Voir leurs autres vidéos.

Si vous êtes comme moi, vous aimerez sans doute jeter un œil en coulisses…

C’est précisément ce qu’a fait mon camarade blogbesancon (son pseudo sur Twitter).
Le jour du tournage, il était à bord de l’hélicoptère pour le « Blog de la Boucle » (son site est malheureusement fermé depuis) et il a tout filmé ; rapportant en prime un intéressante interview.

Sportive…

…mais pas seulement. C’est aussi un grain de folie et de poésie pure que nous offrent les champions de rollers Chloé Seyrès et Igor Cheremetieff, devant la caméra d’Alexandre Gogneau.
Le saviez-vous ? Parmi les vidéos tournées à Besançon que l’on peut trouver sur Youtube, DailyMotion,… c’est celle-ci qui détient le record de visionnages :

plus de 130 000 !

Petit jeu : reconnaitrez-vous tous les lieux bisontins traversés ?

.

Nostalgique

À tous ceux qui ont connu le Besançon du début des années 70, cette vidéo devrait rapppeler beaucoup de souvenirs. Des images d’une ville qui a beaucoup changé.
Je n’en dis pas plus… Flashback :

« Espérances de communautés » de Jean Marcel Jeanneney – A armes égales – 15/12/1970

À suivre…

VIDEO : Tramway optimisé… on peut faire mieux !

On nous a annoncé un tramway optimisé. Un concept spécialement créé pour notre tramway à nous, les Grands Bisontins. Chanceux va !
En vrac cela signifie des économies dans les coûts grâce notamment :

  • à une sobriété dans la conception et les aménagements,
  • au choix d’un design et d’équipements standards, confortables et de qualité,
  • à des économies sur les infrastructures et un recentrage sur les fonctionnalités indispensables (quais, mobilier urbain, revêtement des voies, pas de gazon au bord des voies…)
Mais attention : « Un tramway optimisé n’est pas un tramway au rabais » a précisé à de multiples reprises Jean-Louis Fousseret, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon (CAGB).

Eh bien… dans l’art d’optimiser, en voilà qui ont beaucoup à nous apprendre.
Notamment dans l’art d’optimiser l’espace. Ça se passe sur le marché de Maeklong en Thailande.

Autre lieu, autre réalité… et sacré décalage en tout cas ! Surtout quand on se rappelle que le Préfet du Doubs avait émis un avis défavorable au passage du tramway dans le centre ancien sauvegardé à cause de l’installation de quelques lignes électriques aériennes…

Le Maire, les Jeunes Pop et l’Internationale : enfin la vérité !

C’est un beau roman
C’est une belle histoire
C’est une romance d’aujourd’hui
Il rentrait chez lui, en passant par Chamars
Elle Il se restaurait à la City la City
Ils se sont trouvés au bord du chemin (…)

Euh… en fait c’est plutôt au restaurant de l’hôtel Ibis qu’ils se sont retrouvés. Par un hasard heureux. Ou pas.

À ma droite : Jean-Louis Fousseret, Maire PS de Besançon, tout juste sorti d’une séance du Conseil Municipal (séances qui se déroulent à la City durant la rénovation de la salle du Conseil Municipal).
À ma gauche : Benjamin Lancar, Président des Jeunes Populaires (jeunes UMP) venu assister ses minces troupes locales dans la glorification des quatre premières années du règne quinquennat de leur cher Président.
Oui je sais. La répartition droite/gauche est un peu biaisée…

Ce qui devait arriver arriva…

… Le responsable des Jeunes Populaires du Doubs montre les dents contre le tramway bisontin sous les yeux émus de son chef. Jean-Louis Fousseret l’entend, intervient et entonne l’Internationale – le bras levé – sous les hués des jeunes populaires.
L’un d’entre eux filme la scène avec son téléphone portable -> DailyMotion -> Facebook -> Twitter -> Buzz…

Mais cette vidéo est-elle authentique ?

Dès dimanche matin, une première photo a été mise en circulation via Twitter. Ce n’est que le lendemain que la vidéo a été publiée sur DailyMotion et diffusée sur le Web. Pourquoi ce décalage ?

Maintenant, regardez bien.
Non. Mieux que ça. Là. Mais siiiii là !!! La cravate !
La cravate du Maire de Besançon est verte sur la photo. Alors que sur la vidéo publiée le lendemain, elle est devenue rouge !


Incroyable non ? Une cravate devenue rouge comme la cédille bisontine.
Et l’Internationale… de la même couleur.

Une machination ?

On sait comme il est facile aujourd’hui en quelques clics de souris de modifier une image ou un son ; alors j’ai recherché des témoins de cette soirée. Une demande lancée sur Twitter et Facebook a été relayée et deux témoins m’ont contacté. Ce qu’ils m’ont confié est édifiant. Ils ont vu et entendu des choses bien différentes de ce que la version officielle a bien voulu nous livrer.

Mais pas question de faire des révélations en me basant uniquement sur des témoignages. La vidéo diffusée est là, concrète. Le poids de l’image, a fortiori de l’image qui bouge, est bien supérieur en terme de crédibilité à la parole de témoins. Témoins désirant par ailleurs rester anonymes.

Par chance, le maillon manquant : la vidéo originale, a été publié ce mercredi 12 mai en fin d’après-midi sur le site Wikileaks.
Incroyable ! Wilileaks ! Un site qui s’est rendu célèbre il y a quelques mois par la publication de documents top secrets révélant les rouages de la diplomatie américaine.

Qu’une personne diffuse une vidéo via Wikileaks, site spécialisé dans la divulgation d’informations extrêmement sensibles, montre que ce qui ne semblait être au départ qu’une petite anecdote s’avère être au final bien plus que cela.

Alors pourquoi ? Et surtout par qui ?

Il est évident que le contenu audio de cette vidéo est bien différent de celui qui a été préalablement publié sur Internet. Les objectifs de cette manipulation m’échappe et les indices et preuves que j’ai pu réunir jusque là sont encore minces mais ils démontrent qu’un complot est à l’œuvre et que les intentions de ceux qui tirent les ficelles relèvent d’enjeux qui dépassent, et de loin, la sphère bisontine, franc-comtoise et même nationale.
Les principaux responsables que je suis parvenu pour l’instant à identifier sont…

Excusez-moi. Je reviens. On frappe à ma p


Vidéo originale publiée par Wikileaks

Revoir « zoom sur Besançon » diffusé sur TF1 ce dimanche 1er mai + une sélection de documents et de liens pour en savoir plus

Ce dimanche 1er mai, le JT de TF1 a fait la part belle à Besançon à la fin de son journal télévisé de 13 heures. Claire Chazal a ainsi lancé le reportage :

« Et nous partons maintenant plus au nord, dans le Doubs, pour visiter la ville peu connue – en tout cas des touristes – la ville de Besançon… »

Au final, un magnifique coup de projecteur sur notre cité. A revoir ci-dessous et pour aller plus loin, une sélection de pages internet et de documents qui devraient vous permettre d’en savoir plus sur notre ville.

.

Voici le programme de ce reportage et des liens pour l’illustrer et le compléter

La guerre des gaules, I, 38:

(…) le Doubs entoure presque la ville entière d’un cercle qu’on dirait tracé au compas ; l’espace que la rivière laisse libre ne mesure pas plus de seize cents pieds, et une montagne élevée le ferme si complètement que la rivière en baigne la base des deux côtés. Un mur qui fait le tour de cette montagne la transforme en citadelle et la joint à la ville. César se dirige vers cette place à marches forcées de jour et de nuit ; il s’en empare et y met garnison.

  • visite du centre historique avec Brigitte Rochelandet, historienne. Les arrières-cours « surprises » à découvrir. Le Besançon « mystérieux »

Une reportage diffusé sur TF1 en 2009 sur les cours et escaliers intérieurs caractéristiques du centre-ville bisontin :

  • ville natale d’écrivains majeurs : Victor Hugo et les Utopistes : Pierre-Joseph Proudhon et Charles Fourier
  • héritiers des Utopistes, les Jardins de Cocagne qui ont été créés à Besançon en 1991 afin de  permettre la réinsertion d’exclus du monde du travail par l’agriculture Fiche Wikipedia du Réseau Cocagne
  • le berger de Besançon et ses chèvres
    – voir une vidéo de GeryH sur la transhumance des chèvres et sur son blog.
  • Besançon plusieurs fois primée ville la plus verte de France
  • Besançon et l’horlogerie / historique / l’horloger de la rue Battant / le Musée du Temps / une montre exceptionnelle
  • L’affaire LIP / Interview de Charles Piaget ancien leader syndical chez LIP / le déclin de l’horlogerie traditionnelle
  • Le retour du savoir-faire et le renouveau de l’horlogerie / Breitling / L’Université et son expertise mise au service de l’industrie spatiale
    une page Wikipedia très riche sur l’histoire de l’horlogerie à Besançon
    – le site de l’horloger de Battant
    – la page Web du Musée du Temps… qui mériterait un vrai site soit dit en passant (!)
    page Wikipedia sur l’affaire LIP
    – une autre page Wikipedia sur le passionnant documentaire « Les LIP, l’imagination au pouvoir » (2007)
    – l’Observatoire de Besançon et la précision dans la mesure du temps : La vipère lui va si bien !

Quelques sites institutionnels de Besançon

Dans la presse

Découvrir Besançon autrement

Manif à reculons à Besançon en images…

L’objectif du collectif : dénoncer la nouvelle carte scolaire assortie de nombreuses suppressions de postes.
Marcher à l’envers pour montrer que l’on mène actuellement l’école dans le mauvais sens.. Voir le tract en PDF.
Entre 250 et 300 manifestants ont battu le pavé… à revers au départ de la Préfecture direction la place de la Révolution où l’ambiance festive a malheureusement été douchée par une pluie glaciale aux alentours de 20h30.

Quelques vidéos

Même le désormais récurrent « On lâche rien » en a été tout retourné… « Rien lâche on… »

©BisonTeint.net

Un superbe montage vidéo de la soirée par GeryH

©GeryH

Pochoir sur la chaussée représentant le logo du « collectif parents et enseignants en colère de Besançon et environs ».

©BisonTeint.net

Au départ de la Préfecture, sous les yeux d’une imposante rangée de policiers, le Recteur et Nicolas Sarkozy jouent au chamboule-tout avec les postes d’enseignants.

©BisonTeint.net


Et puis, parce qu’il faut en sourire, voici la première vidéo inversée.
Résumons : une manif à reculons à l’envers, ça fait une manif à l’endroit n’est-ce pas ? Eh oui ! Mais quelles drôles de démarches ces Bisontins !

©BisonTeint.net

Quelques clichés