Archives par étiquette : jean louis fousseret

Jouffroy d’Abbans en bonne voie pour éviter la geôle

Pré-générique : le regard d’un homme de bronze en plan serré.

Résumé succinct des deux précédents épisodes

Une statue de bronze très singulière, connue et appréciée des Bisontins.
Un tramway incompris à l’existence encore bien virtuelle.
Des travaux imminents qui feront entrer de plain-pied la réalité du tram dans notre quotidien.
Des platanes centenaires accusés d’avoir la rage rongés par de vils champignons et généreusement euthanasiés.
Un journal municipal qui avertit de l’imminence de tous ces bienfaits et signale – en bonus – le prochain déboulonnage de ladite statue.
Les réseaux sociaux qui s’en mêlent. Une page Facebook. Twitter. Maudit Web !
Le paternel sculpteur qui découvre le sort réservé à son oeuvre par ce biais et tombe des nues.
Un article dans la presse locale qui raconte tout ce que vous venez de lire…

Générique

Le lendemain…

France 3 Franche-Comté consacre un reportage à notre affaire. L’occasion de voir Pascal Coupot, le sculpteur, en personne et d’entendre sa réaction. Une discussion s’amorce en fin de reportage entre lui et le directeur du projet tram…

France 3 Franche-Comté – JT 12/13 – 31 août 2011

La page Facebook – quant à elle – compte bientôt 200 aficionados du statuaire marquis. Ce n’est pas énorme mais ça a suffi à attirer l’attention de l’Est Républicain et de la municipalité …

Sur la méthode d’abord : un billet caustique mais plutôt bien vu…

Est Républicain du 31/08/20111

Sur le fond ensuite : un article écrit par Eric Barbier (comme celui de la veille) apporte des éléments en provenance de la Ville de Besançon et de son maire – Jean-Louis Fousseret.

Extraits :

[quote] Face à l’excitation de quelques internautes toujours prompts à chercher la petite bête, l’équipe municipale a revu sa copie. Jean-Louis Fousseret certifie dans un premier temps que le père du bronze, Pascal Coupot, « va bien être contacté.
(…) « on va appeler l’artiste pour indiquer notre démarche et le repositionnement de la statue. Et on le fera avec lui, c’est une évidence »[/quote]

Excités vous dites ? Ou peut-être juste « concernés » et sachant utiliser les outils du XXIe siècle pour se mobiliser et défendre une cause.
Une cause symbolique : de par son emplacement, cette statue est un peu le dernier arbre du quai et… le seul que l’on peut encore sauver. Elle en est assurément la plus vieille branche puisque Jouffroy aura 260 ans le 30 septembre prochain.
N’empêche. Chacun sera rassuré d’apprendre que la Ville n’a pas « oublié de consulter le sculpteur » – contrairement à ce que je titrais dans le billet précédent. La Ville a juste omis de le faire AVANT de sceller le sort de la statue dans le BVV…
En substance : « le BVV est parti tout seul »… mais il est encore temps de rattraper le coup. Et tant mieux.

[quote] Aucune certitude pour l’instant sur l’avenir à court terme du marquis. « Il a peut-être été envisagé à un moment de la mettre dans les caves mais c’est impossible. On va essayer de voir où on peut la mettre pendant les travaux », explique Jean-Louis Fousseret. « Peut-être de l’autre côté du pont, on va voir ». [/quote]

En voilà une bonne nouvelle ! Merci Monsieur le Maire d’avoir su écouter et de vous montrer attentif à l’attachement que les Bisontins portent à cette statue.

[quote]« Notre leitmotiv, c’est informer », martèle le premier édile de Besançon qui se refuse de répondre aux pages Facebook publiées par « des anonymes.[/quote]

Pan ! Pour le bison ! L’anonymat… ma pathétique facette « Superman mégalo ». Je sais, je sais c’est mal, c’est lâche, c’est couard… mais voyez-vous : qui irait voir Clark Kent au cinéma ? Mégalo je vous dis.
Mais revenons un peu aux « amoureux du marquis ». Ceux qui se sont inscrits sur la page Facebook. Ils ne sont pas anonymes – eux – et ils commencent à être nombreux. Espérons toutefois qu’ils sauront redevenir anonymes – en 2014 – dans le secret de l’isoloir.

[quote]Ce que ça montre aussi, c’est que cette œuvre est très prisée, autant que le Victor Hugo de l’esplanade de la mairie ».[/quote]

Question de goût mais oui, le marquis ne laisse personne indifférent.

En clair, les choses semblent évoluer dans le bon sens. Espérons que la Ville de Besançon et Pascal Coupot trouveront un lieu approprié à l’installation temporaire du marquis durant les travaux.

Et l’Est Républicain d’ajouter :

[quote]Les bonnes idées sont les bienvenues pour que les travaux du tram ne marchent pas sur les pieds du grand homme et que celui-ci continue à conserver son pouvoir d’attraction sur les citadins et les touristes.[/quote]
Alors ça, les internautes n’ont pas attendu qu’on leur suggère et certains (j’en fais d’ailleurs partie) s’en sont donnés à coeur joie. Donnant libre cours à leur imagination débridée pour imaginer le futur emplacement de la statue du marquis Jouffroy d’Abbans.

Petite sélection

Mise en garde : quelques images sont très légèrement retouchées et certaines contiennent même de l’humour

maître-nageur à la piscine La Fayette (par @Yvestan)

Fontainier (par @GeryH)

Bouliste (par JM.Blondeau)

Girouette

Homme-fontaine (par @GeryH)

Politiquement (in)correct (par Dreamin kate)

Aux manettes du tram ! (par @GeryH)

L'endroit idéal pour admirer le tram…(par JM.Blondeau)

Quelques « détournements » en bonus

Abbey road (par JM.Blondeau)

Il faut sauver le soldat Jouffroy

Sauvez marquis

Envie de proposer d’autres montage photo avec le marquis ? Vous pouvez télécharger le fichier contenant l’image de la statue détourée en cliquant ici (fichier PSD – format Photoshop)

Vous pourrez ensuite poster vos images en vous inscrivant sur la page Facebook ci-dessous.


3, 2, 1, 0 ! C’est parti pour la Voie des Mercureaux ! [vidéos + reportage TF1]

Ce lundi 11 juillet, c’était jour d’inauguration officielle… réservée à des personnes triées sur le volet (élus, représentants de l’Etat, associatifs…) qui ont été acheminées en cars.
La gendarmerie filtrait l’accès et la populace ne passait pas. Crainte sans doute d’une manifestation d’opposants.

A cette occasion, , le JT de la mi-journée consacrait une part importante de son édition à cet événement. Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon et Président de l’Agglomération, répondait à quelques questions. L’intégralité de l’émission peut être visionnée ici.


Aujourd’hui, mardi 12 juillet, la voie des Mercureaux a été ouverte à la circulation.
Le premier véhicule a « foulé » la nouvelle chaussée à 10h17, au rond-point de Beure. Il s’agissait d’une voiture blanche qui attendait depuis un certain temps… ah ! la joie d’être le tout premier !

On imagine déjà l’anecdote familiale transmise de générations en générations :

[quote]Tu sais Papy, il a attendu pendant une journée et une nuit au rond-point de Beure pour être le premier. Il a même dormi dans la voiture alors qu’un loup rodait pas très loin dans le Haut-Doubs ! On a une vidéo regarde ![/quote]

Premier véhicule empruntant le voie des Mercureaux (vidéo : GeryH depuis le Fort de Planoise)

Premiers flux montants sur la voie des Mercureaux (vidéo : GeryH depuis le Fort de Planoise)

Vidéo : la voie des Mercureaux aller/retour au départ du rond-point de Beure

(vidéo : GeryH)

Vidéo : le contournement de Besançon entre le rond-point de la Vèze et Ecole Valentin

Sur cette vidéo vous pouvez d’abord « suivre » la Voie des Mercureaux – dans le sens descendant – jusqu’au rond-point de Beure.

Puis c’est la portion de 4 km jusqu’au quartier de l’Amitié via Planoise. C’est le maillon manquant. La section du contournement qui reste à créer au plus vite, par risque d’engorgement. Pourtant, à l’heure actuelle, cette dernière phase n’est sortie ni de terre, ni des crayons des ingérnieurs.

Dans l’interview de France 3 Franche-Comté citée ci-dessus, Jean-Louis Fousseret dit à ce sujet :

[quote]Il faut prolonger la voie des Mercureaux, sinon ce sera une catastrophe.[/quote]

La vidéo se poursuit par le dernier tronçon qui fut chronologiquement le premier achevé. Celui qui relie le quartier de l’Amitié à Ecole-Valentin.

Le contournement (inachevé) de Besançon (vidéo : GeryH qui n’a pas fait d’excès de vitesse contrairement aux apparences…)

Bref. C’est fait. La voie tant attendue est ouverte. Voilà qui me rappelle l’ouverture du tunnel sous la Citadelle en 1996 (déjà si vieux ce tunnel… et moi aussi du même coup !?).

Pendant quelques jours ce fut l’attraction bisontine. On y faisait l’aller-retour en voiture juste pour voir cet ouvrage dont la réalité devenait soudain perceptible.

Je parie, sans trop risquer de me tromper, le même « effet curiosité » pour la Voie des Mercureaux dans les jours et semaines à venir.

Profitons-en, c’est l’été et les vacances décongestionnent le trafic. En septembre, cela risque de devenir moins agréable au niveau du rond-point de Beure ! Bouchons en vue…

Et puis ce petit calcul : le coût de la Voie des Mercureaux s’élève à 160,9 millions d’euros. Sa longueur est d’environ 6 km.
Calculons le coût au centimètre : 160 900 000 : 600 000 = 268 et des poussières.

Pensez avec émotion que chaque centimètre de la Voie des Mercureaux que vous emprunterez a coûté la modique somme de… 268 euros.

Cela en fait le contournement le plus cher de France ! Au passage, voilà pourquoi je mets toujours une majuscule au V de Voie des Mercureaux… le luxe se doit d’être ostentatoire.

Mise à jour le vendredi 15 juillet

Le 13h de TF1 diffuse un reportage sur la voie des Mercureaux. Titre ironique : « Doubs : 160 millions d’euros pour 6 km »
Et à la fin du reportage… surprise ! On nous offre un chiffrage de la voie au centimètre en arrondissant : 270 euros.

On dirait bien que TF1 prend ses sources un peu partout, y compris sur les blogs.

Et vous ? Vous avez roulé sur la Voie des Mercureaux ? Qu’en pensez-vous ?

Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous !

Sur le Web

La Foire Comtoise, l’éléphant, Josette et Monsieur Guéant

Monsieur Teint,

je vous fais parvenir une copie du courrier que j’adresse ce jour à Monsieur Guéant.

J’y dénonce une situation qui mériterait d’être portée aux yeux et aux oreilles de tous les Bisontins.

Une arnaque monumentale et un véritable scandale dont beaucoup ont été les témoins dociles sans même s’en rendre compte.

Un scandale de plus, ai-je envie de dire, dans une ville trop longtemps « gérée » par la gauche !

Il me surprendrait beaucoup, M.Teint, que vous publiiez ce message.

Mais au moins ceci me permettra d’en avoir le coeur net sur cette sensibilité de gauche dont je vous soupçonne avec une quasi-certitude.

Bien à vous

Josette Sahle

 


Chère Josette,

c’est avec plaisir que je diffuse ce scandale édifiant dont vous vous faites l’écho !

Et surtout, merci pour l’exclusivité.

Avez-vous également pensé à contacter Macommune ?


A Besançon, le mercredi 8 juin 2011
 
Josette Sahle
13 rue **********
25 000 Besançon
 
Monsieur le Ministre de l’Intérieur Place Beauvau 75008Paris
 
Objet : Signalement d’un cas de travail clandestin dissimulé
 
Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
je suis une habitante de Besançon, ville dans laquelle se tient chaque année, une foire exposition dénommée « Foire Comtoise ».
 
Cet événement est très populaire dans la région. Il attire de très nombreux visiteurs souhaitant découvrir les produits et savoir-faire d’innombrables commerçants et artisans venus parfois de très loin pour prendre part à l’événement.
 
Afin d’offrir un peu de dépaysement aux visiteurs, les organisateurs leur permettent de découvrir chaque année un pays étranger qui est l’invité d’honneur de la foire. Nous avons ainsi pu voyager au cours des années antérieures dans la région de l’Altaï en Russie ou encore au Pérou.
 
Cette année, c’est l’Inde qui s’offrait aux visiteurs. Non point l’Inde pauvre sur laquelle l’on essaie sans cesse de nous faire larmoyer. Ni la prétendue Inde moderne. Non : la vraie Inde.  L’Inde de l’époque faste où Pondichéry et Chandernagor étaient encore françaises. L’Inde véritable avec ses Indous en turbans, ses femmes aux saris soyeux, ses vélos taxis colorés, ses luxueux palais de Maharajas et ses éléphants.
 
J’en viens au sujet qui motive ce courrier, Monsieur le Ministre ; puisque c’est précisément d’éléphant dont il est question.
 
Afin d’apporter à cette thématique indienne une couleur locale de bon aloi, une fanfare indienne paradait quotidiennement dans la foire, accompagnée d’un éléphant. Or voici, l’éléphant tel qu’il fut présenté sur l’affiche officielle de l’événement. Je vous laisse le comparer avec l’animal que les visiteurs ont pu effectivement découvrir sur place.

Affiche de la Foire Comtoise

photo : le Pays

Vous l’aurez sans doute remarqué, Monsieur le Ministre, l’animal visible sur la photographie est bien différent de celui promis sur l’affiche.
Le costume indien est bien là mais à l’évidence, il y a tromperie sur l’origine.
 
Les oreilles ! Elles ne trompent pas. Cet éléphant là n’est pas indien, il n’est même pas asiatique. Il s’agit d’un pachyderme africain, le seul à posséder de si grandes oreilles !
 
Tout est détaillé sur ce document que j’ai trouvé sur le site Internet du Muséum de Toulouse :

Au-delà de l’entourloupe commerciale consistant à faire passer un vulgaire Loxodonta africana pour un noble Elephas maximus et à en faire une publicité mensongère… au-delà de cela donc, je pense que nous sommes en présence d’un cas avéré de travail clandestin dissimulé !
 
L’emploi d’un éléphant à la Foire Comtoise de Besançon se faisait dans le cadre d’une immigration choisie.
Chacun s’attendait donc à y voir un éléphant d’Asie… de cette espèce noble et travailleuse qui s’use trompe et défenses à longueur de journée, pour déplacer d’énormes troncs dans les forêts denses et humides d’Inde ou de Birmanie.
 
Que les éléphants africains restent dans leur savane à se prélasser au soleil !
 
Je pense, en outre, que cet emploi clandestin a bénéficié de certaines complicités locales.
Je ne veux citer personne en particulier mais il est vrai que Besançon est gérée depuis trop longtemps par la gauche. Que la gauche est, comme chacun sait, ridiculement complaisante à l’égard des travailleurs sans papiers et autres clandestins.
 
L’image ci-dessous en dit assez long je crois.
 

photo : NB Béliard (licence CC BY-NC)

J’ai pensé, Monsieur le Ministre, qu’il était de mon devoir de porter à votre connaissance cette situation inacceptable.
 
Je reste à votre entière disposition pour vous apporter toute information complémentaire.
 
Veuillez croire, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, en mes respectueuses salutations.
 
        Votre dévouée Josette Sahle

EXCLU ! Le tramway de Besançon sera… bleu turquoise !

En direct de la Foire Comtoise à Micropolis, le résultat sera annoncé d’ici une heure par Jean-Louis Fousseret devant les caméras de France 3 Franche-Comté.
Mais mon appareil photo est très indiscret et il n’a pas pu s’empêcher d’immortaliser la feuille de décompte qu’un huissier était en train contrôler. Ceci n’est peut-être qu’un décompte partiel mais qui montre une tendance lourde.

Huissier vérifiant le décompte

Décompte des voix exprimés

Les chiffres donnés sont les nombres de voix par choix de vote ainsi que les totaux au vendredi 3 juin 2011 à 20h00.

Bilan :

  • rose fuchsia : 4 380 voix
  • blanc nacré : 4 668 voix
  • bleu turquoise : 6 392 voix

Une certitude : le tramway du Grand Besançon sera bleu turquoise !

Cette couleur remporte plus de 41 % des 15 000 et quelques voix exprimées.

Le tramway ressemblera donc à ceci :

Techniquement, ce bleu se nomme « bleu pantone 632 »

Et vous qu’en pensez-vous ? Devrez-vous revoir votre garde-robe pour vous harmoniser avec le tramway ?

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous.

Mise à jour – 14h00

Le résultat était le bon et a été confirmé sur France 3 Franche-Comté par Jean-Louis Fousseret.

Voici le détail des votes tels que je les ai relevés à partir de la feuille de décompte prise en photo.

Nous pouvons observer que :

  • 15 000 suffrages ont été exprimés. Ce qui ne signifie pas qu’il y a eu 15 000 participants (comme on peut le lire ailleurs), tant il était facile de voter plusieurs fois ;
  • 1 vote sur 3 a été réalisé par Internet ;
  • la couleur bleue a été majoritaire sur tous les lieux et modes de consultation ;
  • seuls 790 bulletins ont été déposés dans les urnes des communes périphériques.

Le vote pour la couleur du tramway du Grand Besançon a été faussé !

Tous les habitants du Grand Besançon le savent : ils peuvent s’exprimer sur la couleur de leur futur tramway.
La France entière est même au courant depuis que Jean-Louis Fousseret ((Maire de la Ville et Président de la Communauté d’Agglomération)) a fait la publicité de cette consultation sur l’antenne d’Europe 1 le 27 avril dernier.

L’annonce de la couleur qui aura remporté le plus de suffrages sera faite le samedi 4 juin à 18h00 à la Foire Comtoise de Besançon.
Nous connaîtrons alors la livrée définitive du tramway du Grand Besançon.

Mais voilà qu’une annonce inattendue pourrait bien gâcher la fête : de nombreux votes effectués par Internet ne correspondraient pas aux choix des Grands Bisontins !

C’est en tout cas le message que délivre une étonnante vidéo postée ce vendredi 27 mai sur YouTube par un certain TramwayRose. Un pseudo très prometteur…

La vidéo a été signalée ce samedi 28 mai sur le site undernews.fr vraisemblablement par celui qui en est l’auteur. L’information est parue sur Twitter à 14h25 :

Voici la vidéo

Que voyons-nous sur cette vidéo ?

Nous y voyons un écran d’ordinateur sur lequel s’enchaînent automatiquement les actions générées par un script ((Un script est un programme écrit en langage informatique permettant d’exécuter automatiquement des tâches simples comme entrer des données dans un formulaire, valider, envoyer un email…)).

Ce script vote sur le site du tramway et il ne fait pas dans la demi-mesure !
Cette vidéo dure 1minute 10 mais elle est accélérée. N’empêche que l’on y voit 11 votes s’enchaîner sans aucune intervention humaine.

Un texte accompagne cette vidéo. Son auteur s’adresse aux Bisontins :

Message à l’attention des habitants de Besançon:

Fidèle auditeur d’Europe1 j’ai appris il y a quelques semaines que la mairie de Besançon souhaitait faire participer la France entière à un vote permettant de choisir la future couleur du Tramway de la ville!

J’en suis ravi car vous savez moi j’aime tout particulièrement la couleur rose, de ce fait je n’ai pu m’empêcher par amusement et par défi de créer un outil informatique se chargeant de voter de manière automatique…

Pour rappel, j’avais commis un billet sur cette interview de Jean-Louis Fousseret dans laquelle le Maire appelait l’ensemble des Français (!) à choisir la couleur du tramway bisontin.
Il semble que cet appel ait été entendu !

TramwayRose décrit ensuite le fonctionnement de son « outil informatique ».

C’est l’exécution de cet outil que vous pouvez voir sur cette vidéo. Comme vous pouvez le constater celui-ci prend soin d’utiliser des adresses IP ((l’adresse IP est le numéro d’identification d’un ordinateur sur Internet)) et des adresses email différentes à chaque vote en utilisant le réseau Tor et un dictionnaire d’adresses spécialement conçu.
Mon outil prend également soin d’insérer aléatoirement quelques votes blancs et bleus dans la liste, il ne faudrait évidemment pas que ce sondage paraisse truqué 🙂

Effectivement, en regardant attentivement cette vidéo, nous remarquons que les 11 votes sont répartis de la manière suivante :

  • 9 pour le choix rose
  • 1 pour le choix blanc
  • 1 pour le choix bleu

Nous observons donc une majorité de votes « roses » et quelques votes « blancs » et « bleus » s’intercalant entre les autres afin de ne pas trop attirer l’attention.

D’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer la tentative désespérée de renforcer ce système au dernier moment… ahhh si seulement cela avait été fait correctement !

Sachez qu’utiliser une chaine dérivée (empreinte MD5) de l’adresse mail utilisée pour voter comme jeton de validation n’est pas un mécanisme de protection efficace. Il est toujours possible d’utiliser des emails n’existant pas puisque le numéro aléatoire servant à la validation est prévisible.

Des explications complexes pour les néophytes mais en clair : notre « bidouilleur fan de rose » taquine les concepteurs du formulaire de vote qui, d’après lui, n’ont pas pris les mesures de sécurité suffisantes pour empêcher des votes multiples.

Il est vrai que dès les premiers jours du vote, certains internautes avaient remarqué et signalé sur Twitter qu’il était possible de s’exprimer autant de fois qu’on le souhaitait depuis le site du tram.

Dans le numéro du mois de mai 2011 de la Presse Bisontine, un article intitulé « Le Tram en voit de toutes les couleurs » se voulait rassurant mais son auteur n’avait visiblement pas saisi l’ampleur de la faille repérée :

Pas daltoniens les informaticiens. Une fausse polémique sur le vote de la couleur du Tram courait depuis que certains internaute affirmaient que l’on pouvait voter plusieurs fois avec la même adresse Internet pour désigner la couleur du futur tramway de Besançon. En clair, le résultat définitif aurait pu être biaisé. Il n’en est rien « car seul le dernier vote Internet est pris en compte » explique la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon (…)

Ce n’était évidemment pas le vote multiple avec la même adresse email qui était pointée du doigt mais la possibilité de voter avec des adresses librement inventées du type par exemple : jojo12321@gmail.com puisqu’AUCUN mail de validation n’y était envoyé.
Cela est resté possible pendant plusieurs semaines. Je l’avais d’ailleurs signalé dans ce billet.

Enfin, le 11 mai dernier, je remarquais qu’une mesure de protection avait été ajoutée : chaque vote était désormais suivi de l’envoi d’un email comportant un lien de validation.

Mais quid des votes multiples réalisés avant cette mesure ? Nous ne le saurons sans doute jamais.

Quoi qu’il en soit, cette mesure de protection était visiblement insuffisante.

Cet outil a donc été exécuté durant plusieurs jours, et a ainsi voté et validé un nombre considérable de voix « roses ».

Si notre bidouilleur a effectivement « laissé tourner » son script pendant plusieurs jours, nous pouvons aisément imaginer que le nombre de votes « fictifs » validés est très important. Ces votes fictifs (mais bien réels) peuvent sans doute modifier les résultats de la consultation !

Pensez vous que les services de la mairie pourront faire la chasse à ces votes fictifs ? Le tout sans effacer de votes légitimes ? Cette tâche me parait difficile et c’est pourquoi je pense que le futur tram de votre ville devrait être rose !

Bah voyons ! On espère vivement que les services techniques concernés parviendront à trier « le bon grain de l’ivraie »… vous pouvez hein les gars ???

Afin de ne pas laisser subsister de doute je mets à disposition ici http://pad.korben.info/kOg8Q6BmL6 le fameux script en tant que preuve.

La liste des emails utilisés pour le vote n’est évidemment pas fournie, je ne voudrais pas que l’identification des votes fictifs soit trop facile…

Vous trouverez en dessous de cet article l’avis d’une personne plus compétente que moi pour discuter de la fonctionnalité de ce script.

Et puis après tout, peut être que vous avez également voté en masse pour cette si belle couleur !

Vive le tramway rose ! Vive les consultations populaires !

On pourra effectivement toujours nous dire ça.
Que c’est le choix majoritaire qui s’est imposé.

Mais si la couleur définitive s’avère être le rose, le doute sera plus qu’installé.


Avis de spécialiste

Je n’ai pas voulu publier de billet sur cette vidéo sans avoir l’avis d’une personne compétente pour m’éclairer sur le contenu du script et sur la faisabilité technique de ce qu’avance son auteur.

J’ai ainsi interrogé Yves Tannier – développeur Web – et il m’a aimablement répondu :

Le script donné en lien est-il fonctionnel et est-il repérable ?

fonctionnel : OUI
repérable : NON. Lancé depuis le réseau TOR, il n’est pas détectable. La personne a ajouté une ligne pour faire passer son script pour un navigateur (Firefox).

Quelles mesures de protection auraient pu mettre en échec ce type de votes automatiques ?

Il aurait déjà fallu, parmi d’autres mesures pour éviter les fraudes, enregistrer un VRAI code non prévisible.
C’est celui-là qu’il fallait envoyer par mail à l’utilisateur. L’obligeant ainsi à interroger sa boîte mail pour le trouver.
Là, si le lien reçu par mail était http://www.letram-grandbesancon.fr/choisissez-la-couleur-de-votre-tram.html?id=toto@tata.com ça revenait au même que de la « hasher » en MD5 ((le codage utilisé dans le lien à cliquer pour valider n’est pas correctement crypté et très facile à trouver. Il n’est donc pas utile de consulter la boîte mail)).

Yves Tannier m’a également indiqué quelques exemples de mesures qui aurait pu être mises en place afin d’éviter ce type de déconvenue :

– utilisation de cookies sur le navigateur de la personne (même si l’adresse IP de l’ordinateur change, le cookie permet de détecter que l’on a déjà voté depuis l’ordinateur et refuse un nouveau vote).
Cette solution a toutefois ses limites puisque plusieurs personnes de la même famille ne pourraient pas voter depuis le même poste.

jeton (token) empêchant un peu plus de voter depuis un script en obligeant de se rendre sur la page web.
Ici, il n’est plus possible de voter automatiquement. Le clic du doigt humain sur la souris est nécessaire.

J’ajouterais pour ma part un système de protection qui a sans doute fait ses preuves puisqu’il est utilisé par de nombreux sites Web parmi les plus connus (notamment Facebook): le captcha.
Vous savez, cette image comportant des caractères parfois difficiles à lire qu’il convient de recopier pour valider une action.
On vote, on recopie le captcha (ce qu’une machine ne sait pas faire) puis on valide.

Toute personne s’estimant compétente pour apporter un avis technique sur cette « affaire » peut le faire dans les commentaires ci-dessous ou me contacter par mail :

besacontin@gmail.com

Mise à jour – dimanche 29 mai à 0h30

Avant d’aller me coucher, l’idée me prend de tenter de prendre contact avec TramwayRose.
Je l’ai fait depuis sa page de profil sur YouTube et voici les questions que je lui adressées :

Bonjour TramwayRose,

je suis le tenancier d’un blog bisontin et j’ai découvert votre vidéo cet après-midi.
J’en ai fait un billet : http://t.co/XjKuTpq
J’aimerais vous poser quelques questions pour le compléter et pour éclairer la lanterne des Bisontins…. avant qu’ils ne voient définitivement la vie en rose.

– Êtes-vous un habitant du Grand Besançon ?
– Est-ce le goût du défi qui vous a poussé à mettre en place ce vote automatique ? Avez-vous un autre « motif » ?
– Pourquoi le choix de la couleur « rose fuchsia » ? Est-ce vraiment par goût ou pour nous imposer un « tram de fille » ?
– Nana Mouskouri est-elle au courant que vous l’avez associée à votre forfanterie ?

Le Maire, les Jeunes Pop et l’Internationale : enfin la vérité !

C’est un beau roman
C’est une belle histoire
C’est une romance d’aujourd’hui
Il rentrait chez lui, en passant par Chamars
Elle Il se restaurait à la City la City
Ils se sont trouvés au bord du chemin (…)

Euh… en fait c’est plutôt au restaurant de l’hôtel Ibis qu’ils se sont retrouvés. Par un hasard heureux. Ou pas.

À ma droite : Jean-Louis Fousseret, Maire PS de Besançon, tout juste sorti d’une séance du Conseil Municipal (séances qui se déroulent à la City durant la rénovation de la salle du Conseil Municipal).
À ma gauche : Benjamin Lancar, Président des Jeunes Populaires (jeunes UMP) venu assister ses minces troupes locales dans la glorification des quatre premières années du règne quinquennat de leur cher Président.
Oui je sais. La répartition droite/gauche est un peu biaisée…

Ce qui devait arriver arriva…

… Le responsable des Jeunes Populaires du Doubs montre les dents contre le tramway bisontin sous les yeux émus de son chef. Jean-Louis Fousseret l’entend, intervient et entonne l’Internationale – le bras levé – sous les hués des jeunes populaires.
L’un d’entre eux filme la scène avec son téléphone portable -> DailyMotion -> Facebook -> Twitter -> Buzz…

Mais cette vidéo est-elle authentique ?

Dès dimanche matin, une première photo a été mise en circulation via Twitter. Ce n’est que le lendemain que la vidéo a été publiée sur DailyMotion et diffusée sur le Web. Pourquoi ce décalage ?

Maintenant, regardez bien.
Non. Mieux que ça. Là. Mais siiiii là !!! La cravate !
La cravate du Maire de Besançon est verte sur la photo. Alors que sur la vidéo publiée le lendemain, elle est devenue rouge !


Incroyable non ? Une cravate devenue rouge comme la cédille bisontine.
Et l’Internationale… de la même couleur.

Une machination ?

On sait comme il est facile aujourd’hui en quelques clics de souris de modifier une image ou un son ; alors j’ai recherché des témoins de cette soirée. Une demande lancée sur Twitter et Facebook a été relayée et deux témoins m’ont contacté. Ce qu’ils m’ont confié est édifiant. Ils ont vu et entendu des choses bien différentes de ce que la version officielle a bien voulu nous livrer.

Mais pas question de faire des révélations en me basant uniquement sur des témoignages. La vidéo diffusée est là, concrète. Le poids de l’image, a fortiori de l’image qui bouge, est bien supérieur en terme de crédibilité à la parole de témoins. Témoins désirant par ailleurs rester anonymes.

Par chance, le maillon manquant : la vidéo originale, a été publié ce mercredi 12 mai en fin d’après-midi sur le site Wikileaks.
Incroyable ! Wilileaks ! Un site qui s’est rendu célèbre il y a quelques mois par la publication de documents top secrets révélant les rouages de la diplomatie américaine.

Qu’une personne diffuse une vidéo via Wikileaks, site spécialisé dans la divulgation d’informations extrêmement sensibles, montre que ce qui ne semblait être au départ qu’une petite anecdote s’avère être au final bien plus que cela.

Alors pourquoi ? Et surtout par qui ?

Il est évident que le contenu audio de cette vidéo est bien différent de celui qui a été préalablement publié sur Internet. Les objectifs de cette manipulation m’échappe et les indices et preuves que j’ai pu réunir jusque là sont encore minces mais ils démontrent qu’un complot est à l’œuvre et que les intentions de ceux qui tirent les ficelles relèvent d’enjeux qui dépassent, et de loin, la sphère bisontine, franc-comtoise et même nationale.
Les principaux responsables que je suis parvenu pour l’instant à identifier sont…

Excusez-moi. Je reviens. On frappe à ma p


Vidéo originale publiée par Wikileaks

Célébration de la Victoire du 8 mai 1945 à Besançon en 47 clichés

Un 8 mai sous un soleil de plomb.
Des soldats alignés comme les petites bouteilles d’eau à peine cachées derrière leurs rangers, des marins, des motos, des fusils, des baïonnettes, des récipiendaires, une fanfare, des cuivres rutilants.
Un Maire, deux Députés, un Président du Conseil général, un Préfet de Région.
Un public venu voir le défilé, une caméra, des enfants qui s’ennuient et d’autres qui écarquillent les yeux.
Des drapeaux, des médailles, un Monument aux Morts, des gerbes de fleurs, d’anciens combattants emplis d’émotions, de souvenirs.
Des listes avec des noms. Trop de noms.


Voici une vidéo et quelques photographies dérobées ce matin pour tenter de restituer une ambiance en montrant les petits détails, les « à-côtés » de cet événement officiel.

Françaises, Français, votez pour la couleur du tramway du Grand Besançon !

En ce joli moi d’avril, tous les Grands Bisontins ont dû recevoir dans leur boîte aux lettres, le deuxième numéro de la Lettre du Tram également consultable en ligne sur le site officiel du futur tramway.

Grands Bisontins votez !

Ce document détaille les différentes voies par lesquelles les habitants de l’agglomération bisontine peuvent s’exprimer sur l’opportunité du tramway le choix de la couleur de leur tramway :

  • découper le coupon joint à la lettre et le déposer en différents lieux avant le lundi 23 mai 2011 ;
  • voter sur le stand du Grand Besançon, à la Foire Comtoise, du 28 mai au 3 juin ;
  • exprimer leur choix directement sur le site du tram (petit nom : « tram’Web ») jusqu’au 3 juin.

La proclamation de la couleur définitive est prévue le samedi 4 juin à la Foire Comtoise.

L’originalité de cette initiative a fait l’objet de la rubrique « Bonjour Monsieur le Maire » de l’émission « Europe 1 matin » le mercredi 27 avril dernier. Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon et Président du Grand Besançon s’y est expliqué.

Ecoutez :

[audio:http://bisonteint.net/wp-content/uploads/2011/04/JLF_Europe1Matin_27.04.2011.mp3|titles=Europe 1 Matin – mercredi 27 avril 2011]

Un scrutin national ?

Première surprise : c’est en tant que Maire de Besançon que M.Fousseret est interrogé et à aucun moment il ne rappelle que ce projet est communautaire et qu’il s’exprime donc en tant que Président de la Communauté d’Agglomération. Les 58 autres communes concernées apprécieront.
Mais mettons cela sur le compte de la simplification et de la concision imposées par ce genre d’interview, voire d’un montage sélectif…

Seconde surprise et pas des moindres : (retranscription de la fin de l’interview)

Europe 1 : – Pour les auditeurs qui habitent Besançon et les alentours parce qu’ils peuvent voter aussi finalement (…)
JLF : – Mais la France entière peut le faire (…) Mais oui, bien sûr. Comme Besançon est ouverte sur le monde entier.

Voilà qui est bien perturbant. Ainsi le choix de la couleur du tramway n’est plus le privilège des Grands Bisontins ?
C’est pourtant ce qu’affirme la Lettre du Tram n°2 qui titre « C’est à vous de choisir ! »

D’ailleurs au début de l’interview, M.Fousseret précise :

(…) je pense qu’il faut faire confiance effectivement à l’intelligence des habitants de ce bassin de Besançon pour choisir et voter.

Ceci est d’autant plus surprenant que sur la page dédiée au vote, il convient d’indiquer sa commune de résidence parmi les 59 du Grand Besançon. Mouais…

Un seul vote par habitant ? Sûr ?

A priori, pas de vérification… si l’on dispose de plusieurs coupons, il est possible de s’exprimer plusieurs fois car rien n’est nominatif.
Plus inquiétant, le vote depuis le site Web du tram. Ici, seul l’adresse e-mail est demandée mais une fois le vote effectué – d’un clic – aucun e-mail de confirmation n’arrive dans votre boîte. Si, si vous savez : ce genre de message dans lequel figure un lien de validation sur lequel il convient de cliquer pour valider son vote. Ceci est pourtant très facile à mettre en place.
En l’absence de ce type de contrôle, il est donc aisé de voter de nombreuses fois en indiquant à chaque fois une nouvelle adresse électronique « bidon ».
Nous ne sommes d’ailleurs pas à l’abri de l’initiative de petits bidouilleurs un peu farceurs qui bricoleraient un programme capable de voter automatiquement un nombre de fois considérable.

Et voilà comment Besançon se pourrait bien se retrouver avec un tramway rose fuchsia. Glups !

Non nonj impossible… Des e-mails de confirmation seront sans doute envoyés avec le lundi 4 juin.
Hein… dites ? Vous y avez pensez ? Parce qu’un tramway rose, tout de même…

Au fait, si aucune des trois couleurs proposées de vous tente… faites un tour sur cette page.

MIS A JOUR (11 mai 2010)

Je constate aujourd’hui en testant à nouveau ce formulaire sur le « Tram’Web » qu’un système de validation a enfin été mis en place. Il est du type suggéré ci-dessus (merci qui ?).
Un message vous signale lors de votre vote que vous devez vérifier vos mails. Vous recevez un message contenant un lien à cliquer pour valider votre choix.
Espérons que cette précaution nous mettra à l’abri des farceurs !

De nouveaux arbres sur le quai Veil Picard ? Une promesse non tenable…

La promesse était ferme et prétendait répondre à l’émoi suscité par l’abattage annoncé des 87 platanes du quai Veil-Picard : d’autres arbres de 6 mètres de haut devaient être replantés le long du futur encorbellement du quai.

httpv://www.youtube.com/watch?v=NmEQQ1UVIJY
© CAGB

Voilà ce que Jean-Louis Fousseret annonçait le mercredi 30 juin 2010, schémas et modélisations à l’appui, aux 131 élus du Grand Besançon réunis en Conseil Communautaire afin de débattre puis de voter le projet de réalisation du futur tramway bisontin.

Au cours de cette séance, Françoise Presse, une élue appartenant au groupe « Verts », avait mis en cause la faisabilité technique d’une plantation d’arbres aussi hauts en bordure de l’encorbellement. Provoquant une réaction très vive de J.L. Fousseret.

httpv://www.youtube.com/watch?v=mCmJIp7WT64
© CAGB

Or aujourd’hui, l’affaire semble pliée : de ces fameux arbres de 6 mètres de haut nous ne verrons jamais le feuillage.  Les balades estivales sur le  quai Veil-Picard se feront sans ombre et plein sud. L’impossibilité technique de planter de grands arbres dans l’encorbellement est reconnue.
Cette information n’est pas un canular et elle  sera sans doute diffusée plus officiellement dans les jours ou les semaines à venir et les raisons de cette prise de conscience tardive ne manqueront pas de nous être expliquées.
Gageons toutefois que cela provoquera un émoi justifié chez les Bisontins.

En attendant, je propose un nouveau mot : encorbeller.

Encorbeller : (v.)  Se faire encorbeller. Synonyme : se faire endormir par une promesse sur un sujet qui fâche.
Exemple : les élus du Grand Besançon se sont fait encorbeller par des belles images de modélisation qui resteront virtuelles…


Ceci dit, je vous invite à relire cette anecdote sur la valse des images de modélisation de ce fameux encorbellement.
A la lumière de ces grands arbres que nous ne verrons jamais, cette anecdote devient très intéressante non ?

T’as vu Vauban en 3D ?

Lors du Conseil municipal bisontin du 9 novembre 2010 a été présenté le schéma d’orientation pour la culture pour la décennie à venir. Le projet a été exposé par l’Adjoint à la culture, Yves-Michel Dahoui. S’en est suivi une longue intervention très critique de Mme Elisabeth Péquignot, élue de l’opposition qui a avancé d’autres propositions pour la culture à Besançon.
Parmi celles-ci, l’utilisation de la réalité augmentée afin d’offrir une attraction autour de l’époque de Vauban…

L’occasion d’un échange particulièrement croustillant et surréaliste entre l’élue et le Maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret.

Extraits :

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : (…) Il faut s’intéresser à l’homme Vauban pour ensuite donner envie de connaître son oeuvre. Vauban c’est le point de départ qui permettra bien entendu de mieux définir à la fois les clientèles et les cibles, créer à Besançon une attraction innovante et technologique en rapport avec l’univers militaire de défense de l’époque de Vauban sur le principe de la réalité augmentée faisant appel aux technologies de l’information et de la communication.(…)

…/…

M. LE MAIRE : (…) Et quand vous parlez de la réalité augmentée, c’est quoi la réalité augmentée ? Je sais bien que je suis idiot mais je ne sais pas ce que c’est, pouvez-vous me l’expliquer ? Je vous pose cette question amicalement, je vous demande de m’instruire. Allez-y, je vous donne la parole et cela ne comptera pas dans vos interventions !

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : On s’appuie à la fois sur la technologie. J’ai pris le temps de parler mais il me semblait utile que l’on prenne le temps du débat…

M. LE MAIRE : Non mais c’est quoi la réalité augmentée ?

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : La réalité augmentée c’est un concept qui est très intéressant. Je ne peux pas vous expliquer exactement comment on va le mettre en place mais c’est basé notamment sur les technologies…

M. LE MAIRE : Vous avez vu cela sur internet d’accord !

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : Vous voyez comment vous le prenez !

M. LE MAIRE : Non mais vous n’êtes pas capable de me l’expliquer. Je ne demande qu’à me cultiver, je ne sais pas ce qu’est la réalité augmentée. Quelqu’un ici peut expliquer ce que c’est ?

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : …vous avez l’impression de revivre la réalité, on s’appuie sur les technologies de l’information, on peut vous permettre de vivre…

M. LE MAIRE : La réalité augmentée ?

Mme Elisabeth PEQUIGNOT : La réalité augmentée, voilà.

M. Michel OMOURI : Revenons sur les idées !

M. LE MAIRE : Vous avez raison, il est temps effectivement d’en venir aux idées. Je suis bien d’accord avec vous !

M. Michel OMOURI : Il y a bien du fond !

M. LE MAIRE : Oui il y a du fond ! Je vais vous dire même, Monsieur, on a touché le fond là !

Après ça, nous voilà bien avancés…

Si vous restez sur votre faim et n’avez toujours rien compris à ce concept de « réalité augmentée » suite aux explications de Mme Péquignot, voici quelques éléments complémentaires…

  • Wikipédia nous apprend ceci :

La notion de réalité augmentée désigne les systèmes (au sens informatique) qui rendent possible la superposition d’un modèle virtuel 3D ou 2D à la perception que nous avons naturellement de la réalité et ceci en temps réel. (…)
Le concept de réalité augmentée vise donc à compléter notre perception du monde réel, en y ajoutant des éléments fictifs, non perceptibles naturellement. La réalité augmentée désigne donc les différentes méthodes qui permettent d’incruster de façon réaliste des objets virtuels dans une séquence d’images. (…)
  • Des exemples d’applications de la réalité augmentée dans des champs très variés sont listés et illustrés dans ce billet.
  • Et enfin, voici un cas concret d’utilisation de la réalité augmentée à l’Abbaye de Cluny.

 

Sur le Net :