Archives de catégorie : Politique

4e circonscription du Doubs : Charles Demouge envisage « une solution avec le FN »

Les législatives. En voilà un sujet passionnant, ou pas… Je vous invite à ce propos à consulter régulièrement le blog politique de France 3 Franche-Comté dont les deux tenanciersCatherine Eme-Ziri et Jérémy Chevreuil – nous informent chaque jour des petits et grands faits politiques régionaux.
Mais voilà, pour une fois on va peut-être les devancer un peu.

Une fois n’est pas coutume, on va s’éloigner un peu de Besançon pour prendre l’air. L’aire urbaine pour être exacte. Puisque c’est du côté de la 4e circonscription du Doubs que l’on va jeter l’ancre.

Cette circonscription est au nord du département. Le député PS sortant c’est Pierre Moscovici, ministre du tout récent gouvernement de François Hollande.
Si Pierre Moscovici est élu, son suppléant siégera au Palais Bourbon. S’il ne l’est pas, il ne sera plus ministre. C’est la règle imposée par Jean-Marc Ayrault : tout ministre candidat aux législatives et non élu ne pourrait pas rester au gouvernement.

Donc Mosco joue gros. Voyez l’analyse des forces en présence dans cette circonscription sur le blog politique de France 3 Franche-Comté.
En résumé : une droite divisée entre radicaux (Didier Klein) et UMP (Charles Demouge). Et surtout un FN fort (26,6% au 1er tour pour Marine le Pen)… À tel point que Sophie Montel – sa candidate – se voit déjà au second tour.
Une situation de triangulaire PS/UMP/FN pourrait se présenter.
Charles Demouge sait parfaitement quelles en seraient les conséquences : « Quand le Front national est présent au second tour, c’est la gauche qui gagne et c’est bien ce qui est à craindre » (source : leJDD.fr)

Alors qu’une part de l’UMP est en pleine dérive droitière décomplexée, on peut se demander comment se comportera le candidat UMP de cette circonscription en cas de triangulaire. Tentera-t-il une alliance de circonstance avec le FN (que l’UMP interdit dans son discours officiel) ? Comment se comportera-t-il en cas de duel FN/PS. Donnera-t-il une consigne de vote ?

Sophie Montel aimerait elle aussi savoir « si l’UMP est prête à faire battre Pierre Moscovici ou appellera à faire battre la candidate du FN ? » (source : leJDD.fr)

Eh bien si Sophie Montel est « amie » de son adversaire UMP sur Facebook, elle a sans doute été rassurée. Voilà ce que Charles Demouge y a posté ce jeudi 7 mai.

Non non, Charles Demouge ne parle pas de lui à la troisième personne mais c’est bien son équipe de campagne qui est derrière ce compte et c’est lui valide les publications.

Que faut-il comprendre ?

  1. Charles Demouge n’est pas comme ces lopettes de radicaux (Didier Klein) avec leurs valeurs centristes. Vous pensez bien ! Lui veut VRAIMENT faire gagner la droite ;
  2. il y est prêt quel que soit le prix politique à payer. Y compris en envisageant un accord une solution avec le Front National ;
  3. mais évidemment, il n’y perdra pas son âme. Trop de valeurs morales pour ça…

Le problème Charles, c’est que quand on vend son âme au diable… on lui cède aussi les valeurs morales qui étaient dedans.

Remarquez, le rapprochement avec Marine le Pen ne devrait pas demander d’efforts insurmontables au candidat UMP, qui confiait récemment à RMC :

« On est allé chercher une population étrangère pour travailler chez Peugeot. Par le fait qu’il y ait beaucoup plus de chômage, il y a aussi beaucoup plus de délinquance, qui enquiquine la vie de chacun. »

Alors à quoi s’attendre ?
En cas de duel Montel / Moscovici au second tour (le plus probable), on l’aura compris, Charles Demouge n’appellera pas à voter pour le second. A minima il ne donnera pas de mot d’ordre.  Mieux : il trouvera une solution avec le FN. Oh ! pas un accord officiel. Ça ne doit pas se voir évidemment. Peut-être un fait d’armes à la Bayrou, genre : « À titre personnel, je voterai Montel… ».

Et dans la situation d’une triangulaire ? Un pot commun UMP/FN ? Histoire de virer le méchant Mosco ?

Hmmm, on verra dans quelques jours. Réjouissant.

BONUS

Au fait, vous vous rappelez « l’affaire Bougrab » ? C’était  il y a un peu plus d’un an, en mai 2011. L’UMP organisait une réunion de formation pour ses cadres à Besançon.
Jeannette Bougrab, alors Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et ancienne Présidente de la HALDE était présente.
Lors d’un échange, le maire UMP de Fesches-le-Châtel était intervenu pour parler des prières de rue qui se dérouleraient devant sa mairie. Il demanda ce que les pouvoirs public comptaient faire pour résoudre ce problème.
Le maire de Fesches-le-Châtel c’est Charles Demouge.

Un autre militant lança alors un délicat « Y’en a marre des bougnoules ! » qui provoquera le départ outré de la ministre.

Quand la rumeur devient argument politique : petit exemple bisontin

Le Web va vite. L’info fuse. À peine un fait s’est-il déroulé qu’il est déjà relaté sur Twitter, retwitté ((un message Twitter est retwitté lorsqu’il est partagé par une personne abonné au compte de la personne qui l’a diffusé)) et encore retwitté…
Le hic, c’est que l’info de départ est généralement brute, elle n’est pas encore analysée, ni mise en perspective. Voire pire : elle n’a parfois même pas été vérifiée.

À l’échelle nationale cela peut mener par exemple à la fausse mort de Margareth Thatcher annoncée sur Twitter par un pseudo site d’actualité qui avait pris pour argent content une info diffusée sur le faux compte Twitter de Carla Bruni Sarkozy…

Au niveau local, voici une anecdote du jour…

Ce samedi 26 mai 2012, un conseiller municipal UMP de Besançon poste un statut sur son profil Facebook.

S’ensuit un échange avec d’autres conseillers municipaux… de droite et de gauche. Ils ne sont pas d’accord, on s’en doute. Le débat démocratique se passe aussi sur les réseaux sociaux.
Dans cet échange, intervient Martine Jeannin qui elle aussi est élue au Conseil municipal de Besançon. Mme Jeannin est étiquetée Gauche moderne… comprenez Centre droit — un jour il faudra d’ailleurs qu’on m’explique.
Mme Jeannin commente :

On l’aura compris, Martine Jeannin n’aime pas plus du tout le PS dont elle fut pourtant la candidate aux législatives de 2007 sur la 5e circonscription du Doubs. Aujourd’hui elle semble surtout obnubilée par les sujets de l’immigration et de la burqa.

Quant à ses propos sur Mme Taubira et cette histoire de drapeaux tricolores brûlés que la ministre aurait excusée…  il s’agit d’une rumeur totalement bidon, montée et relayée par une certaine droite qui a fait de Mme Taubira, la cible favorite de son racisme latent non assumé. Et même le chef de l’UMP s’en mêle.

Il ne s’agit pas ici de classer Mme Jeannin dans cette triste catégorie mais d’observer que quiconque relaie ce genre de rumeur, fait preuve en — conscience ou non — de complaisance voire de complicité envers des méthodes pour le moins nauséabondes.
Côté judiciaire, relayer de telles rumeurs infondées revient à calomnier et à prendre le risque d’une plainte en diffamation. Venant d’une élue de la République, c’est ballot et pas exemplaire pour deux sous.

Décryptage : pour propager efficacement une rumeur de droite, liste des ingrédients :

  • une bonne dose de rancœur envers l’élection de François Hollande et l’arrivée de la gauche au pouvoir ;
  • un soupçon d’envie d’en découdre aux législatives ;
  • une grosse louche de propension à diffuser tout ce qui semble démontrer la vilenie et l’antipatriotisme de ladite gauche ;
  • une rumeur répondant à toutes ces attentes …

Un ingrédient suffirait pourtant à s’éviter une recette immangeable : une simple cuillère à soupe d’esprit critique. Dans le cas qui nous intéresse, celle-ci semble avoir clairement manqué à Mme Jeannin qui n’a pas pris la peine de douter et à accepté sans coup férir l’antipatriotisme dénoncé de Christine Taubira.
Une simple recherche sur Internet à l’aide des mots-clés « drapeau Taubira » lui aurait pourtant permis de démonter la rumeur puisque l’on trouve plusieurs articles sur le sujet et notamment le premier d’entre eux (publié le 20 mai dernier) :

Mais que Martine Jeannin se rassure. Elle n’est pas la première. Roselyne Bachelot elle-même s’était faite l’écho des drapeaux brûlés de Taubira (avant la publication de l’article d’Europe 1) :

Et puis, ce péché de « Web-crédulité » n’est pas l’apanage de la droite. Rappelons le cas de Jean-Luc Mélenchon qui — entre les deux tours de la Présidentielle — évoquait sur France Inter une affiche pétainiste titrée « Fête du vrai travail » et dénonçait à grands cris la reprise par Nicolas Sarkozy de ce slogan vichyste …. À ceci prêt que l’affiche en question n’était qu’un fake circulant sur le Net.
Je vous laisse donc transposer à gauche la recette précédente…

Mélenchon, Jeannin dans le même panier. Qui l’eût cru ?

Pour en finir avec notre anecdote locale, la discussion s’est poursuivie sur Facebook avec Mme Jeannin :

Voià voilà… pas de regret donc de la part de notre élue. Aucun sentiment de responsabilité individuelle dans le colportage de cette rumeur. Comprenez bien : c’est tellement facile de partager, de retwitter… que certains se sentent visiblement totalement déresponsabilisés des conséquences de leurs « clics » et de leurs commentaires.
En résumé : ce n’est pas de ma faute, « Y’a quelqu’un qui m’a dit… » comme chanterait l’autre…

Je ne sais pas vous, mais venant d’élus de la République, je trouve ce genre de comportement fort inquiétant.

En résumé : le sens de la critique n’est rien quand on le prive d’esprit critique.

Post scriptum : Mme Jeannin a rapidement effacé son dernier commentaire…

Où est Jean-François Copé dans ce paysage bisontin ?

Oui oui OUI !!! Il était là, chez nous, dans notre ville à nous. Jean-François Copé était à Besançon aujourd’hui !
Le chef de l’UMP quand même ! Si si, enfin au moins « officiellement » puisqu’il semble qu’un gros grain se prépare entre lui et François Fillon.
Mais ne boudons pas notre plaisir : le Jean-François, avec sa bonne tête de premier de la classe, était chez nous aujourd’hui. Il est venu mobiliser les troupes de droite à l’approche des législatives et surtout il a montré son soutien aux députés du cru. Pauvres députés… Ils vivent très mal – comme la plupart des militants UMP – la menace des chars soviétiques que l’on annonce si proche… à Larnod et peut-être même à Beure déjà.

Et c’est parti pour le Jean-François Tour in Boucle 2012 : serrer la main du petit commerçant, le plaindre des souffrances que son chiffre d’affaire endure à cause de cette saloperie de tramway de gauchiste. Taper la bise à la vieille dame. Eviter habilement le patron de kebab et les zonards de la place Pasteur… ils ne votent pas ceux-là, à quoi bon ?

La photo ? Vous voulez une photo ? Je pourrais vous proposer celle-ci. C’est le député Jacques Grosperrin qui l’a twittée cet après-midi.
Jacques Grosperrin adore poser à côté des huiles de l’UMP. A chaque fois, il en a la crête qui se dresse comme vous pouvez le remarquer.

Puis se fut la réunion entre militant au pub Madigan… tapissé de drapeau irlandais. Ah ah…
Et paf ! Jean-François a disparu. Eclipsé. C’est son truc à Copé. Il est connu pour ça. Il aime se réserver son quart d’heure en solo afin de découvrir le lieu à sa façon… mais c’était sans compter sur mon gros zoom.

Trouverez-vous Jean-François Copé dans ce paysage bisontin ? Si si cherchez bien…

Besançon : le 8 mai, les deux députés et le porteur de gerbe

Préambule : ce billet est une mise à jour d’un précédent billet publié le 11 novembre 2011. Mais comme les mauvaises habitudes de nos députés ont la vie dure… en voici une version actualisée.

C’est une tradition. Un rite républicain. Chaque 11 novembre et chaque 8 mai – jours anniversaires de l’Armistice de 1918 et de la Victoire de 1945 – les officiels déposent une gerbe au pied des Monuments aux Morts de France.
À Besançon, comme ailleurs, ça se passe comme ça. Un petit bonus toutefois : nos députés se font symboliquement remettre la gerbe par un jeune avant de la déposer devant le Monument.

C’est un beau symbole n’est-ce pas ? À travers ce geste simple, c’est d’une certaine manière la jeunesse d’aujourd’hui qui confie aux représentants élus du Peuple français le soin de rendre hommage à ces hommes sacrifiés hier et que l’on dit « Morts pour la France ».

Les députés des deux circonscriptions de Besançon sont Françoise Branget (1e circonscription dite Besançon-Ouest) et Jacques Grosperrin (2e circonscription dite Besançon-Est).
Tous deux pointent à l’UMP. Mais le 11 novembre et le 8 mai, évidemment, ils représentent la Nation française dans son ensemble et sans considérations partisanes.

On conçoit aisément que nos députés ne confient pas l’honneur de « porter la gerbe » à n’importe qui. Ça doit sans doute se bousculer au portillon. Les honneurs attirent. Nos deux députés ont sans doute des critères exigeants pour désigner le plus méritant, l’élu.

Il pourrait s’agir par exemple :

– d’un jeune qui aurait effectué un acte remarquable tout à fait exceptionnel, genre qui aurait sauvé la vie d’une vieille dame tombée dans le Doubs ou rattrapé dans ses bras un bébé chutant d’un septième étage. Héroïsme.

– d’un jeune exemplaire qui aurait obtenu son bac scientifique à 15 ans avec une moyenne de 22/20 et tout ça en dépit d’une enfance difficile dans un « quartier défavorisé » (nappe de violons en fond sonore) ;

– d’un jeune écolier comme les autres, tout simplement. Il serait alors le représentant d’une génération encore insouciante mais déjà consciente de la nécessité de cet hommage rendu à nos ancêtres valeureux. Beau.

Alors, d’après-vous ? Pour quels critères nos deux députés bisontins ont-ils opté dans leur choix du porteur de gerbe de ce 8 mai 2012 ?

Françoise Branget et Jacques Grosperrin ont choisi Baptiste Serena, responsable départemental des Jeunes Pop du Doubs – le mouvement des jeunes (moins de 30 ans) de l’UMP.
Un jeune méritant donc, choisi pour services rendus à la Nation à l’UMP.

Et qui croyez-vous que nos deux députés avaient choisi le 11 novembre dernier et le 8 mai 2011, pour leur apporter la gerbe au pied du Monument aux Morts ?
Ne cherchez pas. La réponse est introuvable : Baptiste Serena, responsable départemental des Jeunes Pop du Doubs, qui est décidément friand de ce genre d’honneur.

Vous devez savoir qu’en mai 2011, Baptiste Serena s’était illustré par une bourde énorme commise dans un communiqué de presse mitterrandophobe qu’il avait publié sur le blog des Jeunes Pop du Doubs à l’occasion des 30 ans du 10 mai 1981. Une bourde qui concernait un autre armistice. Une bourde entrant douloureusement en résonance avec les commémorations de ce jour.

Voici pour mémoire la conclusion de ce communiqué mémorable :

(…) Aujourd’hui, nous ne souhaitons pas fêter l’échec de la France mais nous préférons en ce 10 mai 2011 célébrer les 240 ans du Traité de Francfort qui met fin à la guerre franco-allemande de 1871.

Hormis l’énorme faute de calcul (hé oui c’est 140 ans en fait), notre jeune Pop en chef ignorait visiblement que la guerre de 1871 s’était conclue par une défaite et par l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne. Annexion qui constituera le terreau de Première Guerre Mondiale, rien que ça.
Autant d’éléments que le responsable des Jeunes Pop du Doubs préférait célébrer.

Une gaffe d’un bon goût tellement apprécié au sein de l’UMP locale qu’on lui aurait fait comprendre que l’effacement pur et simple de ce communiqué maladroit serait le bienvenu. Ce qui fut fait.
Si vous voulez en savoir plus sur cet épisode, tout est raconté dans ce billet très subjectif que j’ai commis en mai 2011 .

Espérons que le 11 novembre prochain, nos prochains députés (les élections sont en juin) auront la finesse d’esprit de laisser de côté les considérations partisanes lors du choix de « leur jeune », car il est question ici de moments symboliques à l’occasion desquelles les représentants de la Nation devraient savoir faire preuve d’un certain œcuménisme politique.

Nicolas Sarkozy et son successeur François Hollande ne l’ont-ils pas justement démontré en ce 8 mai 2012 ?

source : europe1.fr

source : europe1.fr

Pétain et le vrai travail : quand Mélenchon et la presse mettent les pieds dans le fake…

« Le vrai travail »

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy pond cette formule. Enfin disons qu’il utilise ce nouvel élément de langage que ces conseillers lui ont suggéré.

Dans la ligne de mire : le 1er mai et la Fête du Travail dont Nicolas Sarkozy ne veut pas laisser le monopole à ceux qu’il cite du bout des lèvres tellement ces mots l’écœurent : les syndicats, la gauche… beurk !

Non non tous ces gens ne sont pas les VRAIS travailleurs. Que les non syndiqués, les non gauchisant manifestent aussi ce jour-là ! Qu’ils disent haut et fort à quel point le travail les rend libres, épanouis et heureux. Car ce sont eux les vrais travailleurs. Bien sûr bien sûr.
Et Henri Guaino de défendre dès le lendemain sur France Inter, l’idée présidentielle en évoquant que le 1er mai ce sont les permanents syndicaux qui manifestent traditionnellement. Pas les VRAIS travailleurs… sous-entendu : pas les VRAIS Français. hein Henri ? Pendant qu’on y est…

Bref, encore une fois, c’est la France que l’on cherche à diviser. C’est parfois habile de « diviser pour mieux régner » mais voilà, tout le monde n’arrive pas à la cheville de Jules Cesar…

Et paf !

Voilà que mercredi une image fait le tour du Net en quelques heures. Reprise, partagée, retweetée. Le Web français adore. Enfin disons plutôt le Web français de gauche adore car voici l’affiche en question :

ÉNORME ! Une affiche de propagande pétainiste. Elle daterait de 1941. Le gouvernement de Vichy avait lui-aussi voulu récupérer le 1er mai qui était alors la Fête des Travailleurs et une date symbolique pour la gauche française. Et Pétain n’avait rien trouvé de mieux à l’époque que d’utiliser la formule « Fête du vrai travail« … Han !
La sang du twitto ou du facebookien de gauche ne fait alors qu’un tour : « Dingue ! Sarko reprend un slogan de Pétain » et zou… il partage et l’affiche buzze en quelques heures.

Et moi ? J’avais le doigt sur le retweet, pas plus malin que les autres. Mais peut-être un peu plus méfiant et plus joueur aussi. J’ai juste voulu vérifier avant de partager à mon tour et j’ai alors utilisé la fonction de recherche inversée d’images de Google (cliquez donc sur le petit appareil photo pour voir). Cet outil m’avait déjà permis une sacrée découverte il y a quelques mois 🙂

Donc « clic » et pffff…. déception ! Cette affiche est bidonnée. C’est juste un fake… on a ajouté le mot « vrai » au bon endroit, à la place de la francisque vichyste.
L’image qui buzze est à gauche, l’originale est à droite :

L’original sur le site « Anne FranK – graine de mémoire

Je fais une rapide recherche sur Twitter et je vois que d’autres personnes ont repéré le fake. Mais l’affiche est retweetée à tout va. Les twittos ne vérifient pas. J’en avertis certains.
Je vais alors voir sur Facebook et là j’hallucine : les militants PS et les gens de gauche s’en donnent à coeur-joie. Des élus de ma connaissance aussi…Tous partagent et en rajoutent dans les commentaires sur la droitisation de Sarkozy.

Alors, tel le roquet, je pousse mon coup de gueule sur Facebook sur le registre : « et si on faisait preuve d’esprit critique hein les gens ? Et pas seulement avec ce qui nous arrange ! »
C’est vrai quoi : il y a des tonnes de raisons de dénoncer la dérive droitière de l’entre-deux tours… et le premier fake qui sort, on tombe dedans à pieds joints au risque de décrédibiliser tout le reste. Dommage non ?

Deux jours passent

Ce matin Jean-Luc Mélenchon est l’invité du 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter. Il dit des choses fortes et justes sur la droitisation en cours. Et voilà que P.Cohen l’interroge sur la une de l’Humanité renvoyant dos à dos Sarkozy et Pétain. Mélenchon répond que cette une était appropriée et il ajoute (écoutez bien) :

[quote](…) de la même manière que parler de Fête du travail et dire que c’est le ‘vrai travail’, c’est mot pour mot le texte de l’affiche du Maréchal Pétain en 1941
[/quote]

Voilà. Pour Mélenchon comme pour de nombreux Internautes sympathisants de gauche, cette image a été vue sur le Net, elle a été diffusée par un grand nombre de personnes et DONC, elle est véridique. Forcément. Ballot non ?
Non. Disons plutôt que c’est effrayant de constater qu’un candidat à la Présidence de la République soit si mal informé et conseillé. Attristant au final de voir qu’un discours juste perde une bonne part de sa crédibilité en s’appuyant sur un simple fake.

Heureusement qu’il y a les journalistes alors ?

Eh bien non ! Même pas figurez-vous. Patrick Cohen n’a pas fait remarquer sa bourde à Mélenchon et le meilleur reste à venir : l’agence REUTERS a pondu une dépêche contenant la citation de Mélenchon au sujet de cette affiche et de nombreux journaux en ligne ont repris ce contenu sans même l’avoir vérifié : NouvelObs, Libération, le Parisien, le Point et même le Figaro !

On en est là, les fakes s’invitent désormais dans l’élection présidentielle. Et ça passe.

Pour aller plus loin

Jean-Luc Mélenchon au 7/9 de Patrick Cohen ce 27 avril 2012 :

Besançon : le site de campagne très virtuel de Mireille Péquignot

Avertissement (22 avril 2012) : depuis la publication de ce billet (et peut-être même un peu grâce à lui, hi hi), le nom de domaine a été réservé. On nous promet l’ouverture du site pour le 25 avril).

Tiens, voilà une affiche pour les élections législatives. Cette affiche c’est celle de Mireille Péquignot. Cette dernière l’a elle-même diffusée sur son nouveau profil Facebook spécial législatives.

Mme Péquignot est actuellement conseillère régionale (région Franche-Comté) et conseillère municipale étiquetée « Nouveau Centre » à Besançon. Dans ces deux assemblées, elle siège au sein des groupes d’opposition auprès des élus de l’UMP.

Toutefois, à l’occasion des élections législatives des 10 et 17 juin prochain, elle se présentera sur la 1e circonscription du Doubs (Planoise).  Elle y sera opposée à Barbara Romagnan (PS) mais aussi à Françoise Branget, la députée UMP sortante.

Ce qui peut surprendre sur cette affiche c’est qu’aucune mention n’est faite du Nouveau Centre. En lieu et place, on trouve un gentillet « candidate indépendante »… tiens tiens… Ça fait un peu genre : « anticipons un rejet de la droite à la présidentielle et ne mettons pas en avant l’appartenance à un mouvement politique ayant soutenu Nicolas Sarkozy. »

Maintenant rions un peu (ou affligeons-nous, c’est au choix)

Vous avez sans doute repéré l’adresse du site de campagne de Mireille Péquignot en bas de l’affiche. Allez donc y jeter un oeil : www.mireille-pequignot.fr
Oups !

M’enfin ! Internet serait-il en panne ? Euh, non… il semblerait que… que… c’est bizarre ça : le site n’existe tout simplement pas !
Sans doute n’a-t-il pas encore été créé. C’est vrai quoi, les législatives ça n’urge pas. Il y a la Présidentielle avant.
Mais Mme Péquignot a sans doute réservé son nom de domaine puisqu’elle le mentionne sur son affiche de campagne…
Allons faire un tour sur le site de l’AFNIC (organisme chargé de l’attribution des noms de domaine en .fr) et vérifions :


Le nom de domaine est disponible. Qu’est-ce à dire ?

Qu’en substance Mme Péquignot met en avant un nom de domaine qu’elle n’a même pas réservé. Grossière erreur qui pourrait permettre à une âme blagueuse ou tordue de s’empresser de le faire à sa place. Ce farceur pourrait alors lier ce nom de domaine à une page Web sur laquelle il pourrait raconter et publier ce que bon lui semble, y compris des contenus nuisant à la campagne de Mme Péquignot. Les affiches de campagne de Mme Péquignot lui assureront alors une publicité gratuite.
Évidemment, Mme Péquignot pour alors ester en justice, dénoncer cette situation de cybersquattage et récupérer son nom de domaine. Mais le temps que la justice passe — n’est-ce pas — les élections seront elles aussi passées depuis longtemps.

Une erreur de débutante ?

À l’évidence oui, sauf que voyez-vous, l’UMP franc-comtoise consacre une page d’information à Mireille Péquignot sur son site Internet. Ce qui en soit est surprenant étant donné la confrontation électorale à venir avec Mme Branget (UMP)… enfin bref.
Qu’apprend-on sur cette page ? Nous découvrons dans le paragraphe « Parcours » que :

[quote]Depuis 2007, (Mireille Péquignot) est consultante Commerciale en communication web à l’international et conseille les entreprises souhaitant se développer à l’international.[/quote]

C’est ballot ça. Et pas très rassurant sur les compétences réelles de nos élus et candidats…

Il reste à souhaiter à Mme Péquignot que son affiche de campagne n’est pas définitive… D’ailleurs sa candidature est-elle vraiment définitive ?
Ne faut-il pas plutôt y voir une manoeuvre du Nouveau Centre de Hervé Morin ? Un Nouveau Centre qui par exemple présenterait des candidats face à ceux de l’UMP dans divers circonscriptions puis qui les retirerait après avoir obtenu quelques avantages.

Le cas échéant, à quoi bon dépenser 5 euros pour déposer un nom de domaine n’est-ce pas ?

Photo emprunté à la page Facebook de JL.Fousseret

Besançon : François Hollande, le meeting et les parents d’élèves

Ce mardi 10 avril 2012, en début d’après-midi, François Hollande arrivera à Besançon par le TGV de 13h27.

Bienvenue à Besançon, François !

Il y a fort à parier que les barons du PS local accueilleront ainsi François Hollande à sa descente du train. On l’entraînera alors en dehors de la gare et là — émerveillé — il s’exclamera :

Je vois que Besançon mérite vraiment son titre de ville la plus verte de France ! La Citadelle est derrière la forêt ?

Ah ah ah ! C’est une blague évidemment… En vrai, François Hollande arrivera en gare d’Auxon. Là-bas, tout là-bas, entre la boue et la forêt. Bien loin de la Citadelle.

Plouf plouf ! Allez ! on la refait. Sérieux cette fois :

Bienvenue à Auxon, François !

Ensuite, il faudra gagner le centre-ville. François Hollande — qui est un homme « simple, direct, libre » — prendra la navette TER de 13h40 qui elle aussi est « directe » entre Besançon-FC-TGV et Besançon Viotte. Dans cette navette François Holande devra débourser 3 euros : le prix du trajet.

Hi hi hi ! Mais non ! Je suis vraiment d’humeur taquine moi aujourd’hui 🙂  En vrai, on viendra le chercher en Mégane le François. Et tout près de la sortie de la gare en plus, histoire de lui épargner la vision de cette gare-patate au milieu de nulle part avec son parking terreux hors de prix.
C’est vrai que ça pourrait donner une sale image de notre bonne ville au possible futur Président. Évitons.

France 3 Franche-Comté nous donne la suite du programme. Saurez-vous débusquer la petite touche people ?

Il devrait visiter les jardins familiaux du quartier Velotte, avant de gagner le centre ville aux alentours de 15 heures.
Les Bisontins pourront le voir arpenter avec sa compagne Valérie Trierweiler la Grande Rue et la Place Granvelle. François Hollande dédicacera aussi son livre à la librairie Les Sandales d’Empédocle.
Photo emprunté à la page Facebook de JL.Fousseret

Photo empruntée à la page Facebook de JL.Fousseret

Purée, c’est beau. Fermons les yeux un instant (non lisez avant) et imaginons François Hollande remontant la Grande rue, bras dessus, bras dessous avec Valérie Trierweiler (à droite) et avec Jean-Louis Fousseret (à gauche). Pierre Moscovici sera à leurs côtés et fera celui qui connait bien la ville, le département, la région (hmmm).

Au passage, on imagine que ce mardi la place Pasteur sera nickel, sans chiens, ni bouteilles, ni campement. Mais si… on l’a déjà vue comme ça. C’était en 2008, durant les quelques mois qui avaient précédé les élections municipales.

Bientôt il y aura ici le Passage Pasteur ! expliquera fièrement le Maire de la ville.

Et ça ? C’est un cimetière urbain ? l’interrogera François Hollande.

Quel taquin ce François !

Source photo

Choses sérieuses

Plus sérieusement, le candidat PS et son équipe auront certainement épluché la presse locale avant de débarquer en terre bisontine. C’est toujours bien vu — lors d’un meeting — de montrer l’intérêt que l’on porte aux problèmes locaux, surtout lorsque l’on peut les mettre en relation avec ceux de la France et en profiter pour cogner sur le candidat Président sortant, Nicolas Sarkozy.

À cet égard, François Hollande aura une occasion en or pour aborder le thème de l’Éducation. Le lendemain de son meeting bisontin — le mercredi 11 avril — un collectif de parents et d’enseignants du Doubs et du Jura se livrera à « un happening méchant et ludique », ainsi qu’ils le qualifient eux-mêmes.
En substance : ils procéderont à la remise symbolique d’un chèque (bidon) de 22.000 euros au Recteur de l’Académie. Montant correspondant à la prime que ce dernier est supposé toucher pour avoir atteint ses objectifs chiffrés en matière de carte scolaire (fermeture de classes, suppressions de postes…). Voici le communiqué du collectif et ci-dessous, le billet publié dans l’Est Républicain du 6/04/2012.

Voilà donc un événement local que le candidat du PS pourrait parfaitement exploiter lors de son meeting. Une belle occasion de critiquer la politique de Nicolas Sarkozy à l’égard du service public d’Éducation. Mais également une belle opportunité pour le candidat Hollande d’illustrer sa différence et de préciser ce qui se passera — s’il devient Président de la République — en matière de moyens donnés à l’éducation.

Mais il y a fort à parier que le candidat PS n’en fera rien car on dirait bien qu’il évite autant que faire se peut de se mettre en situation de devoir faire des promesses sur le sujet et notamment sur l’annonce d’un moratoire sur les suppressions de postes et sur les fermetures de classes. Il faut dire que les fameux 60.000 postes annoncés dans l’Éducation Nationale ont laissé comme un goût de promesse en l’air.

Témoignage

Voici des extraits d’un email qu’une parent d’élèves a envoyé fin mars à un élu PS d’envergure de l’Est de la France. Elle écrivait au nom du collectif des parents d’élèves du Jura afin de solliciter une audience avec François Hollande lors de sa venue à Besançon le 10 avril.

Il lui a été confirmé début avril que ce message avait été transmis à l’équipe de campagne de François Hollande.

Extraits :

Bonjour Monsieur,
Je reviens vers vous au sujet des fermetures de classes dans le Jura, dont nous avons parlé.
Le Collectif Vigie pour l’Ecole du Jura de monter une manif qui a réuni 150 parents jurassiens venus de tout le département (…)
Nous sommes passés la semaine suivante dans Carnets de Campagne sur France Inter (le 28/03) et le 11 avril nous montons une Opération à Besançon cette fois-ci en faisant la jonction avec les parents des Collectifs du Doubs et de Haute-Saône.Toutes les infos et bilans de nos actions sont sur www.27parclasse.org
Le PS local a manifesté son intérêt pour notre mouvement (tout comme les verts, le front de Gauche et l’UMP d’ailleurs…).
Nous souhaitons obtenir de François Hollande qu’il s’engage publiquement en faveur d’un moratoire sur les fermetures de classes pour la rentrée 2012.
Ce serait un signe fort envers les parents d’élèves du pays (…)
Pouvez-vous nous aider ? Pouvons-nous vous aider à convaincre François Hollande, par une rencontre, une interview ?
La promesse des 60 000 postes est trop floue, elle date de la campagne des primaires contre Aubry, elle est mal chiffrée et viserait à déshabiller le reste de la fonction publique pour rhabiller l’école : on sait tous qu’elle sera donc inapplicable. Et pourtant depuis on n’a plus entendu Hollande prendre parti sur le sujet. On veut le mot « moratoire » !

La personne précise que le collectif avait aussi contacté Vincent Peillon — Monsieur Éducation au PS — en lui adressant un mail via son blog, au tout début de la primaire socialiste.

Résultats : ni réponse, ni même un accusé de réception. L’équipe de campagne n’a pas répondu.
Conclusion de la parent d’élèves en question : « Personnellement, ces deux fins de non recevoir m’ont convaincue de voter pour le Front de Gauche ! »

Alors M.Hollande ? Peur des parents d’élèves ? Dommage. Car voilà de nombreux mois que des collectifs se battent un peu partout en France et montrent leur attachement au service public d’éducation. Beaucoup parmi ces gens voteront à gauche mais pensez-vous que leurs voix vous sont naturellement acquises ? Pas sûr.


Liens utiles

Collectif des parents et enseignants en colère du Doubs
http://www.parents-enseignants25.venez.fr/
http://ecoleendanger25.tumblr.com/
page Facebook

Collectif Vigie pour l’école du Jura
http://www.27parclasse.org/

[PHOTOS] Meeting de François Bayrou à Besançon

J’aime particulièrement me faufiler dans les meetings politiques afin d’y prendre quelques clichés pour y saisir une atmosphère, une ambiance au travers de quelques gestes, postures ou mises en scène… Ce mardi 27 mars 2012, François Bayrou tenait meeting à Besançon. J’y ai pêché quelques images…

JacquesMan, super héros bisontin

Une fois n’est pas coutume, pas grand chose à lire ici… mais de l’audio à écouter.
Ceci est la chronique que j’ai faite sur Radio Bip pour « La Seule Émission qui n’a pas de Nom » de ce lundi 5 mars.
L’intégralité de l’émission se trouve ici. Je ne saurais trop vous conseiller de l’écouter sans modération. Ça gratouille, ça décape, ça ose et ça se lâche. Bref ça change du formaté et ça fait du bien un peu de délire radiophonique.

Le montage de l’interview dont il est question durant la chronique :

Le député Grosperrin contre les archaïsmes… tout contre

Le choix d’une image n’est jamais tout à fait anodin…

Jacques Grosperrin c’est le député UMP sortant de la deuxième circonscription du Doubs. À l’Assemblée nationale, il est membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Le monsieur est également « Secrétaire national chargé des politiques éducatives » à l’UMP.

Il connaît bien le terrain M.Grosperrin. Enfin… il connaît bien le dojo (judoka émérite) et les bancs de la fac puisqu’il est professeur agrégé d’Education Physique et a enseigné à l’Université de Franche-Comté.
D’ailleurs Jacques Grosperrin aime à jouer sur le registre « je sais ce que c’est d’enseigner ». Ça lui confère une certaine légitimité pour faire la leçon sur l’éducation. Il diffère de l’archétype de l’homme de droite venant du secteur privé et tapant sur « le gros mammouth et les vilains enseignants fonctionnaires qui coûtent cher et sont toujours en vacances« .  Non, Jacques Grosperrin se présente comme quelqu’un qui connaît bien le système éducatif puisqu’il en est lui-même issu. Du pain béni pour l’UMP. Et tant pis si le métier d’instit ou de prof en collège est bien différent de celui de professeur de fac qu’a exercé M.Grosperrin. Ça il feint de ne pas s’en rendre compte. À moins qu’il y croie vraiment… ce qui serait très inquiétant.

En tout cas, Jacques Grosperrin aime parler d’éducation :

C’est donc M.Grosperrin qui est envoyé au charbon par l’UMP lorsqu’il s’agit de déposer des propositions de loi qui chatouillent les enseignants. Vous pensez bien, un enseignant…
Ce fut le cas en février dernier lorsqu’il a présenté un texte enterrant les IUFM (les instituts universitaires de formation des maîtres) et ouvrant habilement la voie au secteur privé pour former les enseignants. Tollé mais texte adopté.

Ce mardi 29 février, Jacques Grosperrin a publié sur son blog un billet dans lequel il salue avec enthousiasme le discours de Nicolas Sarkozy à Montpellier — discours dans lequel le Président de la République a interprété sa bonne vieille mélodie de campagne : l’air bien connu des « enseignants feignasses » . Ça plait toujours à un certain électorat ça.

Extrait :

« Comme l’a souligné Nicolas Sarkozy, si le nombre d’enseignants était le problème, nous devrions avoir la meilleure école du monde… « 

Moi ça m’épate cette puissance d’analyse. Ça montre bien qu’il faut être sacrément finaud pour être député. C’est pas donné à tout le monde ça. Tout devient tellement clair sous la plume de notre député-enseignant :

nous n’avons pas pas la meilleure école du monde -> réduisons le nombre d’enseignants -> ça ira mieux après

Tiens, comme Monsieur Grosperrin est également un sportif reconnu, il serait tout à fait pertinent de lui confier des fonctions du côté du sport justement. Pour le cas où Nicolas Sarkozy serait réélu en mai prochain évidemment. Évidemment.
Non parce qu’avec un tel esprit d’analyse, on gagne la prochaine coupe du monde de foot, assurément. On demande à M.Grosperrin un diagnostic et une solution… et bingo :

notre équipe de France n’est pas la meilleure du monde (loin s’en faut) -> réduisons le nombre de joueurs -> à 5 ou 6 ils seront vachement plus efficaces

CQFD

Autre extrait du billet de M.Grosperrin sur le fait que Nicolas Sarkozy veut que les professeurs travaillent plus longtemps dans leurs établissements en échange d’une prime en euros :

« (…) De nombreux Français aimeraient qu’on leur fasse une telle suggestion. Cette application concrète du fameux ‘‘travailler plus pour gagner plus ’’ résulte d’un souci de progrès qui ne peut rebuter que les esprits étroits et sclérosés. »

(Claude Allègre, sors du corps de ce député !)

« Je partage entièrement l’opinion de Nicolas Sarkozy quand il s’élève contre ‘‘le corporatisme’’ et contre le ‘‘collège unique’’, prônant l’autorité du ‘‘maître’’. Il n’est pas inutile non plus de rappeler que l’autorité n’est pas un mot tabou ! »

Sous-entendu : vous comprenez, tous les profs sont des gauchistes soixante-huitards. Ils ne savent plus faire preuve d’autorité envers leurs élèves. Et pendant qu’on y est, les gosses sont des sauvageons de nos jours ma p’tite dame.

Et pour terminer :

« À l’heure où la concurrence mondiale est impitoyable, la qualité de l’enseignement doit être à la hauteur du défi et passe par l’apprentissage dans la discipline. Nicolas Sarkozy incarne la modernité et la lutte contre les archaïsmes. »

Pan ! Vlan ! Paf ! Ça c’est pour les syndicats et tous les vieux gauchos qui polluent l’Éducation nationale. Non mais !

Une p’tite photo ?

Bon. C’est pas tout ça, mais un billet de blog ça s’illustre. Et quoi de mieux que la photographie d’une salle de classe dans un billet sur l’éducation ?
Pour illustrer son soutien à Nicolas Sarkozy dans sa lutte pour la modernité et contre les archaïsmes, Jacques Grosperrin aurait pu choisir ceci :

Mais non. Ils ont l’air trop dissipés ces gamins.

Alors cela ?

Arf… non. On voit une marque. On est bien loin de l’uniforme là.

Ou bien ça ?

Non, non… trop d’élèves. Ne pas inquiéter nos électeurs.
Ils ont des petits-enfants tout de même…

Non ! Non ! Non ! Ces classes-là ce n’est pas ça l’école que l’UMP souhaite vendre à son électorat. Alors Jacques Grosperrin a trouvé LA classe parfaite. La mieux à même d’illustrer son combat pour « la modernité et contre les archaïsme » :


Ça c’est une vraie classe ! Une bonne vieille classe de l’école d’autrefois. Celle de la Guerre des Boutons et de la nostalgie de mamie Ginette.
Une classe avec des pupitres en bois, des petits encriers et des plumes Sergent Major. Une classe avec de vrais tableaux noirs parcourus des pleins et des déliés tracés à la craie par un véritable maître comme on n’en forme plus de nos jours (saleté d’IUFM). Un maître avec une baguette, une blouse grise et toute une collection de maximes.
Dans les pupitres, il y a sans doute d’anciens livres de géographie dans lesquels on apprenait les chefs-lieux et les numéros des départements par cœur. Ah ! on savait préparer les petits Français à la vraie vie à l’époque. Aujourd’hui les gosses apprennent peut-être à mettre en relation des documents (cartes, textes, chiffres) et à les analyser, mais sont-ils seulement capables de dire que la voiture immatriculée 62 qui est là — juste devant le véhicule parental — vient du Pas-de-Calais, chef-lieu Arras, production agricole de chicorée, orge, betteraves ?

Cette photographie choisie par M.Grosperrin pour illustrer son billet, n’a rien d’anodin. Au mieux c’est un lapsus révélateur. Au pire c’est un choix délibéré.
C’est le choix d’un fantasme. Le fantasme nostalgique d’une école qui n’existe plus parce que le monde lui aussi a changé.
Le fantasme de l’uniforme, des garçons d’un côté et des filles de l’autre. Le fantasme du maître assis derrière son bureau et de l’élève que l’on remplit d’un savoir transmis mécaniquement. Pas besoin de pédagogie pour ça. Pas besoin de formation non plus. Juste des connaissances disciplinaires.
Cette classe, c’est le fantasme de l’éducation du claquement de doigts, du « y’a qu’à faire comme ça », comme avant. C’était bien avant. C’est toujours bien dans les souvenirs de mamie Ginette.

Mais d’où vient cette photographie ?

Elle vient d’un site faisant la promotion du tourisme en Bretagne. Ce site nous suggère de visiter le musée de l’école Bothoa dans les Côtes d’Armor.
En voici le descriptif :

Dans l’ancienne école du bourg de Bothoa, dans les Côtes-d’Armor, retrouvez l’ambiance à la fois studieuse et nostalgique d’une salle de classe rurale des années 1930 : pupitres de bois ciré, odeur de craie et d’encre violette. Retrouvez la dictée, la morale, le calcul ou l’écriture à la plume. Dans une salle de classe, visitez l’exposition consacrée à l’école de Bothoa : photos de classe, film réalisé dans l’école en 1962, diplômes… La deuxième classe a été transformée en salle d’expositions temporaires. Au fond de la cour, se dresse la maison de fonction des maîtres : on y a recréé le cadre de vie de la première maîtresse qui habita les lieux de 1931 à 1947. Parmi ses objets et son mobilier, vous êtes plongé 80 ans en arrière.

80 ans en arrière, dans une classe vide donc. Les archaïsmes c’est mal n’est-ce pas Monsieur le député ? La modernité… vous disiez ?

Tiens au fait, Monsieur Grosperrin, pour visiter cette douce école-musée, le saviez-vous ? Il faut payer :

Pourtant c’était une école publique autrefois l’école de Bothoa. Tout se privatise de nos jours… Mais c’est pour le bien de l’éducation n’est-ce pas Monsieur Grosperrin ? C’est ça la « classe ».

Pour aller plus loin :